Ads

« Condé is passé »

+1+2+3+4+5

Richard Johnson est l’éditorialiste le plus influent des États-Unis. Et il vient de publier le testament du groupe Condé Nast. Nous qui ne cessions de le répéter à longueur de colonnes en 2015, Condé Nast a été remplacé par Instagram. Définitivement. Une page se tourne donc.
Et comme l’écrit très justement Richard Johnson, « après des décennies de dépenses faramineuses, la suprématie de Condé Nast arrive à son terme.
Le propriétaire, Monsieur Newhouse, a tranquillement pris sa retraite l’année dernière. Condé Nast a récemment fermé le magazine Details et remplacé les éditeurs du magazine Allure, et l’éclat glamour a disparu.
« Tout le monde est sur le départ avec tous ces licenciements et ces fermetures », a déclaré un employé. «De plus, travailler chez Condé est passé. »
Vogue (édité par Condé Nast) est toujours plus grand que le Harper’s Bazaar, mais ce ringard de Hearst a annoncé des profits records à venir – et le lancement probable d’un magazine imprimé en 2016.
« Comme Icare, Condé Nast a volé trop haut, trop longtemps », a déclaré Michael Gross, qui couvre cette rivalité dans « Focus: Le secret, sexy, parfois sordide du monde des photographes de mode. »
Les rédacteurs de Condé Nast logés au Ritz pour la Fashion Week de Paris, c’est bientôt fini. Hearst a les meilleurs avantages maintenant.
Comme, l’immobilier par exemple, qui fait également partie de l’équation. La Hearst Tower est un gratte-ciel étincelant de Norman Foster érigé sur le dessus d’un bâtiment en pierre de 6 étages et classé monument historique parce que commandé par William Randolph Hearst en 1928.
Condé Nast a eu pour siège social pendant un an le World Trade Center, après avoir quitté Times Square et sa cafétéria conçue par Frank Gehry. Aujourd’hui, chez Vogue ils vivent (et ce n’est pas une blague) avec des invasions de rats.
«Je ne peux pas imaginer ces rédactrices de mode se promener là-bas dans leur Louboutins », a déclaré un autre employé…

Galerie
Publié le 17/01/2016