Ads

GENERIC ARCHITECTS de la DISRUPTION à la DESTRUCTION créative

+1+2+3+4+5

Le directeur de création Steven Mark Klein et le fondateur d’APAR.TV, Aurélien Poirson-Atlan lancent GENERIC ARCHITECTS qui est un nouvel atelier de création collectif. Basé aujourd’hui à New York, Paris et Arles mais ouvert sur les 5 continents.
GENERIC ARCHITECTS imagine et design des nouvelles plateformes ainsi que des structures sociales avec un focus sur l’influence culturelle.
Avec une équipe internationale de créatifs comprenant le Pérou, l’Inde, la France, la Norvège, l’Angleterre et les États-Unis, GENERIC ARCHITECTS arrive en France comme une agence d’un nouveau genre. Pour marquer le lancement de l’agence ils ont crée un album qui peut se voir comme une collection d’œuvres d’art (à voir sur votre ordinateur plus que sur votre téléphone), chacune conçue pour être autonome, mais qui vont ensemble. Ce n’est pas vraiment un album de concept vidéo, ni un concept visuel, c’est plutôt un concept de destruction créative. A la fois futuriste, progressiste et expérimental.

Mais l’objectif de GENERIC ARCHITECTS est avant tout d’entamer un processus de changement de régime. De la disruption à la destruction créative donc. L’ancien-régime publicitaire croit toujours au concept de disruption sans destruction. La disruption est une procédure du 20ème siècle. Ce n’est plus un outil d’influence avec une pertinence profonde. L’infiltration est un concept et un processus du 21ème siècle. C’est un outil stratégique invisible.
GENERIC ARCHITECTS croit en l’infiltration avec pour objectif d’être dans la destruction créative. La disruption a créé une stagnation intellectuelle universelle. Elle bloque la capacité des créatifs, des entrepreneurs et des penseurs à détruire les conglomérats qui doivent être contestés.
Autrement dit, GENERIC ARCHITECTS signe aujourd’hui la mort de la disruption en la remplaçant ici par la nouvelle ère de la destruction créative. Vous l’avez compris, la disruption c’était le XXe siècle. Le XXIe siècle est à la destruction créative. Et c’est donc GENERIC ARCHITECTS qui le signe. Si vous voulez en savoir plus c’est ici et maintenant avec l’architecte d’influence le plus célèbre des États-Unis, Steven Mark Klein.

Comment est née l’idée de créer un album pour la naissance de GENERIC ARCHITECTS, c’est une première mondiale pour lancer une agence ?
Les sept pistes vidéo ont été créées à la fin de l’été et au début de l’automne 2017. Un an plus tard, j’ai réalisé que je voulais organiser les pistes dans un album concept. Je pense que c’est la première fois qu’une agence utilise cette stratégie.

Il y a 7 morceaux, tous mis en mots et en images par La Société des Infiltrationnistes, pouvez-vous nous en dire plus sur ce collectif anonyme qui est aussi le producteur du disque ?
La Société des Infiltrationnistes a été créée pour concevoir et initier une série ouverte d’infiltrations culturelles des conglomérats de marques mondiales. Plus précisément les sociétés qui contrôlent l’économie internationale de la jeunesse. Cette liste comprend les deux les conglomérats de marques grand public et leurs agents de communication. La Société des Infiltrationnistes a généré une autre opération structurée pour servir de plateforme publique. LSDi fonctionne comme un projet de piratage. Alors que GENERIC ARCHITECTS rivalisera avec les groupes d’agences traditionnels et avec les ateliers de création. C’est une unité entraînée et expérimentée dans le combat en agence ouverte.

Le logo de GENERIC ARCHITECTS est un cercle imparfait, pourquoi avoir fait ce choix ?
Le cercle imparfait représente une approche intellectuelle ouverte pour rassembler, organiser, puis réduire le bruit des données en des méditations pouvant échapper à l’algorithme de contrôle des données.

Le titre de l’album est DOLHIN COMMUNICATION, est-ce que cela a un rapport avec les recherches de Carl Sagan et de John C. Lilly ?
DOLPHIN COMMUNICATION est à la fois une reconnaissance du travail de John C. Lilly avec les dauphins et le soutien de Carl Sagan à cette recherche. Ils avaient une société secrète: l’Ordre du Dauphin. Lilly a appelé le langage des dauphins « Dolphinese ».

Le nom de la maison de disques est: s/O SYSTEMS avec un logo vraiment puissant, vous pouvez nous l’expliquer ici ?
s/O SYSTEMS est la nouvelle division du software de s/O Systems, le hardware étant notre studio de design. Le logo représente une ère spécifique d’expositions d’art de pointe axées sur des informations, des logiciels et des fabrication d’objets logiques. Nos objectifs ne concernent pas la création et la distribution de biens de consommation ou d’expériences de divertissement. Le travail que nous nous attachons à révéler est la nature des systèmes de contrôle et nous proposons d’autres méthodes pour atteindre un équilibre psychologique et sociologique humain en opposition aux plateformes algorithmiques.

La pochette de l’album est une œuvre de Julian Schnabel sur un surfeur pourquoi avoir choisi spécifiquement cette œuvre pour la couverture ?
Julian est un artiste d’une grande intelligence et d’une grande profondeur. Il est également un surfeur passionné. L’image est héroïque et intime simultanément. Il représente également l’aspect organique du mot surfeur en opposition au monde du surf numérique. Je pense qu’avec des expériences organiques et réfléchies nous nous éloignerons du contrôle de l’entreprise que le surf des données [Google] a imposé au 21ème siècle.

Peut-on annoncer que l’œuvre globale concerne les formes de communication élevées ?
« Élevées » est un terme intéressant concernant l’esprit humain et les formes qu’il prend pour saisir, organiser, puis émettre des informations. Question: Apple organisera-t-il des séances « d’idéation » sous l’influence de marijuana légale pré-roulée et refusera l’utilisation des ordinateurs portables, des smartphones ou des PowerPoint ? Il serait intéressant d’avoir Steve Jobs parmi nous pour répondre à cette question.

Votre modèle conceptuel pour la création de cette album a été « Voyager : Golden Record », qui ont été deux disques qui ont été inclus à bord du vaisseau spatial Voyager lancé en 1977. Les disques contiennent des sons et des images sélectionnées pour représenter la diversité de la vie et de la culture sur Terre, et sont destinés à toute forme de vie extraterrestre intelligente, ou pour les futurs humains, qui pourront les trouver. Les enregistrements sont considérés comme une sorte de capsule temporelle. Carl Sagan avait déclaré que « le disque ne sera joué que s’il existe des civilisations spatiales avancées dans l’espace interstellaire, mais le lancement de cette bouteille dans l’océan cosmique en dit déjà long sur la vie », n’est-ce pas ?
Je crois que l’écosystème de la planète Terre était en équilibre alors une forme de vie intelligente a initié une expérience pour développer une autre forme de vie avec une conscience de soi. Il y a eu un certain nombre de moments incroyablement poétiques et de mon point de vue de nombreux actes dévastateurs et d’horreur à la suite de l’introduction du virus humain. Nous sommes du côté de la poétique sur le pouvoir.

Au regard du lancement de GENERIC ARCHITECTS on a l’impression que c’est symboliquement la fin de l’ère de la disruption, qu’elle n’est plus du tout pertinente, ce qui est pertinent au 21eme siècle c’est l’infiltration. Est-ce bien le message subliminal de GENERIC ARCHITECTS ?
C’est une description précise. La disruption est une procédure du 20ème siècle. Ce n’est plus un outil d’influence avec une pertinence profonde. L’infiltration est un concept et un processus du 21ème siècle. C’est un outil stratégique invisible. Il ne dépend pas de goûts ou de suiveurs. Son but n’est pas de créer plus de marques, de produits, d’expériences ou de personnages basés sur des datas mortes, à savoir, les relations publiques. C’est un antivirus qui est conçu puis introduit secrètement dans les flux de données. Invisiblement les déclarations de contrôle commence à prendre le codage enfoui dans l’antivirus. En exemple, le récent témoignage de Ye sur son périscope où il utilise les termes de « Mind Control » et « Echo Chamber ». Où a-t-il eu ces idées ?

Allez-vous alors demander publiquement alors la démission de Jean-Marie Dru ?
Je pense que ce serait un événement historique si GENERIC ARCHITECTS proposait publiquement que Jean-Marie Dru démissionne de la présidence de TBWA Worldwide. Il croit toujours au concept de disruption sans destruction. GENERIC ARCHITECTS croit en l’infiltration avec pour objectif d’être dans la destruction créative. La disruption a créé une stagnation intellectuelle universelle. Elle bloque la capacité des créatifs, des entrepreneurs et des penseurs à détruire les super-conglomérats qui doivent être contestés. Toutes les marques qui contrôlent actuellement les pays émergents réduisent intellectuellement les citoyens à des enfants. Les définitions actuelles de la culture sont toutes fondées sur une forme traditionnellement enfantine de lavage de cerveau. C’est comme les dessins-animés américains du samedi matin et les personnages créés pour exprimer les commandes permettant de contrôler les spectateurs impressionnables. La disruption est une stratégie développée par les adultes pour créer des générations d’adultes dont la définition de la culture est enfantine. L’infiltration marque le début d’un long processus d’ouverture de l’esprit de l’enfant aux vocabulaires supérieurs qui définira et engagera une discussion significative sur de nombreuses formes d’expression humaine. En bref un sac à main LOUIS VUITTON n’est pas un chef-d’œuvre. La culture de la sneaker n’existe pas. Nous savons que le marketing n’est pas une culture. Nous sommes déterminés à diffuser ce message. X = ZERO.

Et dernière question, qu’attendez vous du lancement de GENERIC ARCHITECTS dans le monde mondialisé de la communication ?
Notre objectif principal est d’entamer un processus de changement de régime. GA = destruction créative.

Si vous prenez l’album DOLPHIN COMMUNICATION comme une collection d’œuvres d’art, chacune conçue pour être autonome, mais qui vont ensemble, vous verrez ce que nous visons. Ce n’est vraiment pas un album de concept vidéo, ni un concept visuel, c’est vraiment un concept de destruction créative. Nous pensons que DOLPHIN COMMUNICATION est futuriste, progressiste et expérimental. C’est une tentative de refuser toute notion sécurisante de genre.

 

How did the idea to create an album originate for the birth of GENERIC ARCHITECTS? It's a world first for a launch of an agency
The seven video tracks were created in late Summer and early Fall 2017. A year later I realized that I wanted to organize the tracks into a concept album. I think this is the first time an agency has launched using this strategy.

There are 7 tracks, with all data composed by La Société des Infiltrationnistes, can you tell us more about this anonymous collective who is also the producer of the record?
La Société des Infiltrationnistes was formed to design and initiate an open-ended series of cultural infiltrations of the global brand conglomerates; specifically, the corporations who have trained their sights of controlling the international youth economy. This list includes both the consumer brand conglomerates and their communications agents. La Société des Infiltrationnistes has generated another operation which is structured to act as a public platform. LSDi operates as a hacking project. GENERIC ARCHITECTS will compete against the traditional agency groups and ateliers. It is a unit trained and seasoned in open agency combat.

The GENERIC ARCHITECTS logo is an imperfect circle, why did you make that choice?
The Imperfect Circle represents an open intellectual approach to gathering, organizing, and then reducing data noise into data meditations that can escape the algorithm of data control.

The title of the album is DOLHIN COMMUNICATION, does this have anything to do with the research of Carl Sagan and John C. Lilly?
DOLPHIN COMMUNICATION is both an acknowledgement of Dr. John C. Lilly's work with dolphins and Carl Sagan's support of that research. They had a secret society: the Order of the Dolphin. Lilly called dolphin language Dolphinese.

The name of the record company is: s/O SYSTEMS with a really powerful logo, can you explain it here?
s/O SYSTEMS is the newly formed software division of s/O Systems, which is our hardware design studio. The logo represents a specific era of advanced art exhibitions that focused on information, software, and the manufacturing of logical objects. Our goals are not about the creation and distribution of consumer goods and entertainment experiences. We and the work we do are focused on revealing the nature of systems of control and offering other methods to achieve human psychological and sociological balance in opposition to algorithmic platforms.

The cover of the album is a work of Julian Schnabel about a surfer, why specifically chose this work for the cover?
Julian is an artist of great intelligence and depth and he is also a devoted surfer. The image is heroic and intimate, simultaneously. It also represents the organic aspect of the word surfer in opposition to the world of digital surfing. Organic and mindful experiments will, I believe, lead us away from the corporate control that data surfing [Google] has imposed on the 21st century.

Can one announce that the global work concerns a high form of communication?
High is an interesting term regarding the human mind and the forms it takes to input, organize, and then output information. Question: Will Apple hold ideation sessions under the influence of legal pre-rolled marijuana and reject the use of laptops, smartphones, mood boards, and the use of the PowerPoint? It would be interesting to have Steve Jobs here to answer that.

Your conceptual model for creating this album was "Voyager: Golden Record", which were two discs that were included aboard the Voyager spacecraft launched in 1977. The discs contain sounds and images selected to represent the diversity of life and culture on Earth, and are intended for any form of intelligent extraterrestrial life, or for future humans, who can find them. The recordings are considered as a kind of time capsule. Carl Sagan stated that "the spacecraft will be met and that the disc will be played only if there are advanced space civilizations in interstellar space, but the launch of this "bottle in the cosmic ocean" already says a lot about life, doesn't it?
I believe that the ecosystem of the planet Earth was in balance, then an intelligent life-form initiated an experiment to develop another life-form with a sense of self-awareness. There have been a number of incredibly poetic moments and, from my perspective, many devastating acts of horror as a consequence of introducing the human virus. We side with poetics over power.

In view, the launch of GENERIC ARCHITECTS has the impression that it represents, symbolically, the end of the era of disruption, that it is no longer relevant at all; that in fact, what is relevant in the 21st century is the idea of infiltration. Is this the subliminal message of GENERIC ARCHITECTS?
That is an accurate description. Disruption is a 20th century procedure. It is no longer a tool of influence with any deep relevance. Infiltration is a 21st century concept and process. It is an invisible strategic tool. It is not dependent on Likes or Followers. Its goal is not to create more brands, products, experiences, and personas based on dead data: public relations. An antivirus is designed and then covertly introduced into the data flows. Invisibly, the statements of control begin to take on the coding buried within the antivirus. Witness Ye's recent Periscope message where he uses the terms mind control and Echo Chamber. Where did he get those ideas from?

Are you going to ask publicly then the resignation of Jean-Marie Dru?
I think it would be a historic event if GENERIC ARCHITECTS publicly proposed that Jean-Marie Dru resign as Chairman of TBWA Worldwide. He still believes in the concept of disruption without destruction. GENERIC ARCHITECTS believes in infiltration, with the goal being creative destruction. Disruption has created universal intellectual stagnation. It is blocking the ability of younger and more relevant creatives, entrepreneurs, and thinkers to destroy the entrenchedSuper-conglomerates to be challenged. Every brand currently in control of the world's emerging citizens are reducing them to intellectual children. The current definitions of culture are all based on a traditional form of brainwashing children. That is American Saturday morning cartoons and the characters created to voice the commands to control the impressionable viewers. Disruption is a strategy developed by adults to create generations of adults whose definition of culture is childlike. Infiltration begins the long process of opening the child mind to higher vocabularies to define and engage in meaningful discussion regarding myriad forms of human expression. In short, a LOUIS VUITTON handbag is not a masterpiece. There is no such thing as sneaker culture. We know that marketing is not culture. We are determined to spread that message. X = ZERO.

And last question, what do you expect from the launch of GENERIC ARCHITECTS in the globalized world of communication?
Our primary objective is to begin a process of regime change. GA = creative destruction.

"If you take the DOLPHIN COMMUNICATION album as a collection of art pieces, each designed to stand alone, yet which belong together, you'll see what we are aiming at. It really isn't a video concept album, or visually a concept; it's really a creative destruction concept album. We believe that DOLPHIN COMMUNICATION is futuristic, progressive, and experimental. It is an attempt to deny any notion of genre safety."

Steven Mark Klein
New York
October 15, 2018
French connection : Aurélien Poirson-Atlan : 060 734 3594

American connection : Steven Mark Klein : 646 939 7587



BEST VIEWED ON DESKTOP
https://genericarchitects.com/
Galerie
Publié le 17/10/2018