Mode

Hier #fuckhm, aujourd’hui #fuckkering et demain #fucklvmh

+1+2+3+4+5

Il y a des hasards qui font bien les choses. Avant de clôturer notre exposition NOGUCCISYMBOL, la marque Gucci vient d’être attrapée la main dans le sac pour avoir détourné plus de 1,3 milliard au fisc italien et français.
Par chance, nous avons déjà créé le NOGUCCISYMBOL que nous pensons comme l’icône activiste de cette époque qui se dirige droit vers un soulèvement populaire inarrêtable.

Mais revenons sur l’affaire dévoilée par le site Mediapart, affichant que le groupe Kering a économisé environ 2,0 milliards d’euros d’impôts depuis 2009, dont 1,4 milliard pour Gucci et 180 millions pour Saint Laurent. Si l’on remonte jusqu’en 2002, le chiffre atteint les 2,5 milliards.

Mediapart assure que, « afin de tenter de justifier qu’il paye ses impôts en Suisse, Kering n’a pas hésité à transférer fictivement une vingtaine de cadres de Gucci dans le pays, alors même qu’ils travaillaient en réalité en Italie ». Pour entretenir cette fiction, le journal précise que « Kering a artificiellement transféré les contrats de travail d’une vingtaine de cadres dirigeants de Gucci, selon des documents obtenus par le procureur italien. Une manœuvre doublement gagnante, puisqu’elle a permis à Gucci d’économiser le paiement des cotisations sociales en Italie. »

Gucci était déjà dans le collimateur de la justice italienne qui a mené plusieurs perquisitions à Milan et à Florence en décembre dernier. Les juges s’intéresseraient au fonctionnement de Luxury Goods International (LGI), la plate-forme logistique du groupe Kering située en Suisse, à Cadempino dans le Tessin. Selon Mediapart, le groupe français a perpétué, après le rachat de la marque italienne Gucci en 1999, un accord fiscal qui, en accord avec le canton helvétique, limite à 8 % son taux d’imposition sur les sociétés.

Or LGI « encaisse aussi les ventes en gros aux magasins [et] l’écrasante majorité des recettes, donc des profits », écrit Mediapart. Après 1999, Kering a aussi confié à LGI la logistique et la facturation des ventes de Bottega Veneta, Stella McCartney, Alexander McQueen, Saint Laurent et Balenciaga, poursuit le site d’informations.

Si l’on s’intéresse par exemple à la marque Balenciaga, mélange étrange entre le Porno, Poutine et la Pop, il serait aussi intéressant de commencer une enquête de fond pour mettre en lumière ce que prépare en sous main le bloc soviétique (Demna Gvasalia, Lotta Volkova, Guram Gvasalia, Clara Deshayes, Rei Kawakubo, Emma Hope Allwood, Gosha Rubchinskiy, Adrian Joffe, Sever, Mike Meire, Maxim Bashkaev, Paul Hameline, Olivier Zahm, Isabelle Guichot, Jefferson Hack, Pierre-Ange Carlotti, Francois-Henri Pinault, Maude Scudi, Kevin Ma, Nick Knight, Di Minrakhmanova, Sarah Mower, Idea Books, Lou Stoppard, Heron Preston, Tom Emmerson) qui se cache derrière la marque financée par le président du groupe KERING.

Mais la plus grande question à poser aujourd’hui est de savoir comment LVMH, KERING ou encore RICHEMONT peuvent éthiquement faire des affaires en Chine quand l’on sait qu’il n’y a plus aucune responsabilité en matière de droits humains.

L’éthique corporate du groupe LVMH devrait être rapidement révisée face aux nombres d’affaires qu’ils signent chaque jour en Chine alors même que le pays est depuis aujourd’hui clairement une dictature à parti unique.

Xi Jinping, réélu à l’unanimité pour un nouveau mandat, avait déjà fait lever les obstacles à son maintien au pouvoir au-delà de 2023 grâce à une réforme de la Constitution, obtenue il y a moins d’une semaine. Autrement dit, Xi Jinping devient président sans limitation de durée…

Dans le même temps en Chine, le « crédit social » présent dans un épisode de la série Black Mirror est sur le point de devenir réalité. Appelé Zhima Credit, cette application, qui fait partie d’une application beaucoup plus importante que les utilisateurs de smartphones chinois utilisent, combine le pointage de crédit d’une personne (paiements de factures, etc.) avec des données sociales plus nuancées pour marquer une personne.

Les rapports indiquent que les citoyens seront notés entre 350 et 950, avec de bonnes actions résultant en une note plus élevée. Bien que le système de «crédit social» ne soit pas entièrement mis en œuvre avant 2020, des facettes de ce système ont déjà été mises en place.

En mai, les personnes qui ont commis des actes de «déshonneur grave» ne pourront pas voyager en train ou en avion pendant un an. Selon Marketplace , le système a déjà été utilisé pour refuser des prêts à des membres «discrédités» de la société. Le programme a été formulé pour la première fois en 2013 et la liste comptait 9,59 millions de personnes à l’été 2016.

En d’autres termes, la Chine a annoncé des plans pour déployer un système qui permettra aux organismes gouvernementaux de partager des informations sur la fiabilité de leurs citoyens et d’émettre des pénalités basées sur ce que l’on appelle un score de crédit social…

Bref, François-Henri Pinault et Bernard Arnault que nous avions inscrits dans les 50 français responsables de la mort de notre culture, sont en train d’apparaître au monde pour ce qu’ils sont. Une valeur hypothétique aux techniques plus que douteuses. A savoir maintenant pourquoi les nouvelles générations ont mis autant de temps à s’en apercevoir, c’est une autre histoire.

Comme nous l’avons déjà publié, le monde de la mode est né d’un vide, vide dont il avait besoin pour créer. Le monde de la mode a créé un vide encerclant l’individu et chacun de ses adeptes particulièrement le monde de la jeunesse.
Il a créé un vide culturel mondialisé. Cette période de vide a commencé quand la communication a été redéfinie comme une performance impliquant le corps, la rhétorique visuelle et l’habillement. Stratégie et méthode déployée pour remplacer la responsabilité de l’individu et développer une définition originale de soi-même. Le selfie a remplacé le soi.

La vérité est que les marques de mode d’aujourd’hui sont organisées exactement comme toute autre institution financière mondiale. Avec un seul ordre du jour: les marges. Des milliards sont dépensés pour créer l’illusion que ce sédatif institutionnalisé ressemble à une industrie créative.

Alors que le monde de la mode est un pollueur mondial géant absolument insoutenable. Le processus de déploiement de nouveaux produits sur une base continue est contraire à toute idée raisonnable de discussion.
Le monde de la mode attaque la structure de l’identité d’un individu. Nous croyons que l’identité individuelle devrait avoir un espace infini pour expérimenter. Le complexe mode-media-industrie veut exactement que le contraire se produise. Son but est de programmer l’individu le plus tôt possible à croire que vivre dans un état d’esprit libre et infini est socialement indésirable.
500 personnes sont en commande de ce contrôle et seulement 100 personnes ont le pouvoir ultime, à savoir la masse financière.

La majorité des messages culturels corrompus sont destinés à la jeunesse du monde – en particulier la jeunesse du monde émergent.
L’objectif étant de réduire chaque conscience saine à un état de peur à travers une série très organisée de messages de consommation. C’est cet état de peur qui est le fondement de ce que nous appelons le réchauffement culturel.
Et c’est ce que produisent chaque jour des marques allant de CHANEL à NIKE. Et sans parler des Fashion Week. Ou encore des spectacles comme les Oscars et les Grammys.

Et par extension les festivals comme Cannes, Glastonbury et Coachella. Leur contrôle du calendrier culturel est une manœuvre stratégique clé. L’intégration du calendrier du MONDE DE L’ART avec les calendriers et du MONDE DE LA MODE et du MONDE DE LA MUSIQUE pour n’en former à l’arrivée qu’un seul, est parfaitement organisé comme le calendrier de ce que nous appelons, encore une fois, le réchauffement culturel. Qui est à ce jour le système de contrôle dominant de la conscience des évolutions du monde – en particulier, celui de la jeunesse du monde.

Qui contrôle le calendrier, contrôle en fait la conscience du monde.

Parce que oui, le monde de la mode est une construction artificielle. Les sociétés et les familles impliquées dans le maintien de cette illusion depuis la fin des années 80 existent comme une ploutocratie mondiale. Des milliards de dollars sont en jeu. L’illusion de l’importance de la mode pour tous est acceptée sur un niveau presque religieux. Anna Wintour avec le plein soutien de son employeur Condé Nast a construit un récit mythique d’invincibilité. Il est important de comprendre qu’il est simplement un récit. Il est un fantasme. Il est un rêve induit visuellement.

L’objectif de la matrice de la mode-industrielle est de faire grandir sans cesse leur système d’images alimentées par votre identité. Là réside le danger. Les principaux opérateurs de l’industrie de la mode sont juste une classe de bavardage désespérée qui dépend de votre temps et de vos ressources financières pour survivre. L’antidote à leur message invasifs est l’autodétermination.

Ils ont besoin de vous. Vous n’avez pas besoin d’eux.

L’objectif numéro un du monde de la mode est de réintroduire sans fin ce qu’ils possèdent déjà, au prix de l’étouffement de tout ce qui a déjà été épuisé de son authenticité. Autrement dit, l’attachement du monde de la mode à tout ce qui à le moindre intérêt culturel. Un attachement basé sur deux réalités. La première étant que les stars et les artistes du monde de la mode n’ont aucun intérêt personnel à créer une perturbation réellement transgressive. Ils ne peuvent être appelés stars et artistes seulement dans le sens le plus avili du terme. Les stars sont programmées, au sens premier du terme, et les artistes sont les outils les plus efficaces de la propagande. La seconde réalité est l’utilisation de la séduction comme non-message pour vendre ce qui avait déjà été vendu.

Toutes les actions manufacturées et planifiées sont faîtes pour détériorer votre autonomie, endommager votre capacité à penser de façon indépendante et pour drainer vos finances. Tous les spectacles du monde de la mode sont des pensées réformistes préfabriquées. La nostalgie est l’un des aspects fondamentaux du contrôle mental de l’industrie en ce début de 21ème siècle.

Le Monde De la mode est un algorithme mathématique. C’est une formule du passé pour bloquer votre ancrage dans le présent.

Les créateurs, les top models, les blogueurs, les muses, les journalistes et les photographes sont relégués au rang de second rôle ou figurants. La plupart des gens assistant à ces spectacles sont de simples décors. Les propriétaires du monde de la mode et leurs exécutants de plus en plus nombreux jouent, comme dans tout bon soap opera, un rôle qui fut vital mais qui vieillit aujourd’hui.

Le jeu saisonnier pour décider quel créateur dessine quelle collection devient une distraction qui s’affaiblit. Le premier rang a remplacé le podium comme lieu où l’action se déroule. La visibilité a remplacé la créativité. Le système actuel les a transformé en codeurs. Invisibles pour la plupart, sans intérêt pour la majorité.

L’alchimie culturelle de Marcel Duchamp a été écrasée par la sorcellerie de Mickey Mouse.

Depuis le lieu le plus joyeux du monde de Disney à la chanson de Pharrell Williams, Happy, nous sommes tous témoins du glissement drastique d’une culture cherchant à créer une connaissance plus profonde du monde, vers un monde programmé pour l’auto-satisfaction. Un monde qui ne propose plus qu’un seul choix : celui de décider ce en quoi nous croyons. Et ce choix s’exprime et se définit par un simple mot : Like. Aucune autre opinion ne sera tolérée.

Nous ne voyons absolument pas ces liens comme une conspiration. Il est normal pour les puissants de s’aligner les uns sur les autres.
Il s’agit juste d’événements qui annoncent ce que pressentait le penseur Guy Debord. Debord qui a décrit avec brio tout cela dans sa Société du spectacle. « Ce moment historique où les marchandises finissent de coloniser la vie sociale », c’est sa définition du spectacle.
Une société où « tout ce qui a vécu n’est devenu que représentation. » Où Debord établit que nous faisons l’expérience « du glissement de l’être à l’avoir, et de l’avoir au paraître. »

Galerie
Publié le 19/03/2018