Mode

Cessez de consommer sans discernement (ce que vous achetez est votre vote)

+1+2+3+4+5

Le système actuel du monde de la mode est obsolète. Il n’offre aucun sentiment de liberté ou d’expression personnelle.
Si vous entrez en discussion avec cette industrie en tant que jeune créatif, vous devez comprendre que votre sensibilité est une source de données qui seront très rapidement absorbées dans leur système et seront commercialisées et promues comme une réflexion prospective.

Nous pensons que la mode se répète simplement dans une série infinie d’expressions et de produits neutralisés intellectuellement.

Cette vue comprend également les réalisateurs de films de mode, les stylistes, les photographes et surtout les modèles. La mode n’est pas une plateforme pour de nouvelles idées, c’est une étape pour renforcer les idées déjà explorées.

Une occurrence régulière dans l’industrie de la mode est que plus l’idée est ancienne, plus elle est financièrement appréciée.

Au 21ème siècle, ce sont les amateurs qui ouvrent la voie et non les professionnels sponsorisés. Trouvez un moyen de gagner votre vie, rester à l’extérieur du système de la mode pour vous exprimer librement. Il faut être intellectuellement agressif pour décomposer des codes de contrôle et de puissance très rigides.

Le monde de la mode a fondé sa mystique sur ce que les pionniers de l’art moderne et contemporain ont découvert et que l’industrie de la mode a coopté.

Les idées artistiques ont donné aux produits de mode un faux sentiment de profondeur. Un sac à main décoré par un artiste contemporain est juste une décoration avec un objet qui accorde une importance artistique supplémentaire.

Les professionnels de la mode ont créé une architecture de contrôle sociétal.

Notre travail est une série d’idées présentées comme un ensemble d’instructions sur la façon de comprendre le système et d’inverser la relation où vous n’avez pas le contrôle.

Le système de critique de l’industrie de la mode est profondément compromis. C’est un événement rare, mais de temps en temps, un des journalistes respectés exprimera une lacune perçue dans le système, mais il est vraiment rare de lire toute critique vraiment radicale.

Regardez ce que vous lisez dans la plupart des cas, c’est un communiqué de presse prolongé. Il est presque impossible d’être un journaliste radical de l’industrie de la mode. L’industrie veut créer cette vision selon laquelle les concepteurs sont des créateurs et des penseurs de l’autre monde, mais lorsqu’il s’agit de la communauté des journalistes de mode, les pouvoirs qui contrôlent les droits et les privilèges veulent que les auteurs soient subordonnés à leur quête pour être reconnus comme une autorité.

On peut dater le récent cycle de la propagande industrielle de la mode à la collection grunge de Marc Jacobs pour Perry Ellis en 1993. Au début des années 1990, il y a eu une accélération massive de la stratégie de l’industrie de la mode pour créer un monde entier en réseau et ainsi contrôler l’identité.
À l’automne 2010, la portée financière mondiale de ces nouveaux ingénieurs de l’identité avaient atteint des niveaux d’influence culturelle et sociopolitique sans précédent.

Le résultat le plus inquiétant était la profondeur de leur contrôle sur le niveau individuel.
Ce dont on parle, c’est d’une poignée de dictateurs sociaux autoproclamés utilisant un coffre de guerre à plusieurs milliards de dollars pour créer la confiance en l’idée que l’individu sera plus heureux et plus personnellement accompli si, en commençant dès son adolescence, il consacre un pourcentage important de son temps et de ses ressources financières aux marques principalement contrôlées par les groupes Kering, LVMH et Richemont.
C’est évidemment une description technocratique du lavage de cerveau.

Sans résistance individuelle ou sociétale depuis 20 ans, les divisions de propagande du complexe mode-industriel ont mené un hold-up géant dans le monde entier.
Les marchés émergents ont été particulièrement vulnérables à cette prise de conscience. Les dernières vagues de jeunes autochtones numériques ne sont totalement pas préparés à comprendre ou à repousser cette invasion des voleurs d’âmes que sont LVMH, Kering et Richemont.

Pour notre communauté, il n’y a pas de différence entre un petit livre rouge et un petit sac à main rouge. Les deux concernent le contrôle. Notre travail consiste à exposer et à briser ce contrôle. Permettre à chaque personne, avec la plus grande liberté possible d’explorer son propre sens du développement de soi.

Tous les spectacles de mode sont à l’image d’une cour royale, avec seulement les journalistes les plus obéissants ayant une audience continue avec les suzerains (les propriétaires de la marque), les seigneurs (les gestionnaires de la marque) et les élus (les concepteurs).
Vous pouvez affirmer que l’organisation de la mode à notre époque est un miroir symétrique de la cour de l’ancien régime.

La réponse à la raison pour laquelle il n’y a pas d’histoire critique – ou pas de soutien contemporain pour développer de vrais critiques – est que le complexe industriel de la mode n’est pas une institution démocratique. C’est un état aristocratique qui reflète une monarchie. Personne ne veut bouleverser la hiérarchie de la cour parce que personne ne veut être expulsé du château. Les sièges au premier rang, les réceptions au champagne, l’attention des paparazzi, qui veux perdre ces privilèges spéciaux, gagnés à la dure depuis des années d’obéissance ?

Les auteurs et les journalistes actuels semblent accepter le fait qu’ils ne sont que des outils d’entreprise. En conséquence, le monde de la mode a l’air d’une fête d’anniversaire pour enfants – et les concepteurs, les modèles, les stylistes, les éditeurs et divers apparatchiks d’entreprise semblent avoir mangé trop de gâteaux et de glaces.

Récemment, les seigneurs des conglomérats de la mode ont utilisé leurs egos et leurs ressources financières massives pour prendre les premières positions de pouvoir dans le monde de l’art contemporain. En conséquence, le monde de l’art perd de son indépendance, sans parler de son rôle de critique sociale.

La nécessité pour le complexe industriel de la mode de prendre le contrôle de l’intégrité du monde à l’échelle mondiale est vraiment pathologique. Quelqu’un peut-il avoir un sentiment d’indépendance intellectuelle face à Art Basel Miami Beach et maintenant face à une marque comme la Frieze Art Fair ?

Comment ne pas être sceptique de toute cette célébration marketing ? Ils l’appellent une expression culturelle, mais appelons tout ça par ce que c’est: un lavage de cerveau. Avec un objectif: le vol de l’identité de la jeunesse mondiale et particulièrement la jeunesse touchant des marchés émergents.

On peut par exemple se souvenir du spectacle mondial des « nouvelles culturelles » structuré par Louis Vuitton en utilisant le travail de l’artiste japonais Yayoi Kusama. C’était intellectuellement criminel – une construction culturelle frauduleuse.

Le monde de l’art et le monde de la mode ont fusionné en une agence de contrôle de l’identité de notre époque. On peut légitimement demander à ce stade : les arts sont-ils indemnes de l’influence et du contrôle industriels de la mode ?

Nous pensons qu’il y a assez d’art dans le monde. L’art a pris fin. Au suivant.

L’industrie de la mode a infiltré et infecté le monde de l’art au point où il s’agit aujourd’hui d’une industrie du cool et non du monde réel. Tout cela semble négatif mais ce n’est pas le cas. Il est « cool » d’expérimenter la consommation d’eau potable. Il est cool de marcher seul sans but. C’est cool de dormir paisiblement. Mais ce n’est GUCCI. Ce n’est pas SUPREME. Ce n’est pas YEEZY. Ce n’est pas VETEMENTS. Ce n’est pas CALVIN KLEIN. Tout ça est passé. Et si vous voulez trouver votre vérité intérieure, aucun produit du monde de la mode ne sera nécessaire pour devenir vous-même.
De HYPEBEAST à 032c en passant par Miami ART BASEL, tout est fini. Au suivant.

Quelques super-riches avec l’aide de leurs médias-esclaves ont pris possession de la culture sans un coup de feu. La chose la plus étrange est que peu de gens comprennent ce qui est arrivé et la majorité semble même ne pas s’en soucier. Nous savons que tous les mouvements produits par un consommateur sont maintenant observés numériquement, et rassemblés dans des informations industrielles de mode. Il est temps d'éteindre cet ordinateur et de passer à un nouvel emplacement.
Galerie
Publié le 17/07/2017