vendredi 14 juin 2024

Un navire destroyer ne peut pas se déployer car le Commandant ne veut pas du vaccin Covid

C'est une histoire folle, à l'image du monde occidentale qui a l'air d'aller droit dans le mur de l'histoire. En effet, la navy américaine annonce qu'elle ne peut pas déployer son navire destroyer car (accrochez vous bien): "Le commandant du bateau refuse de recevoir le vaccin COVID"

La Marine a déclaré qu'un destroyer lance-missiles non identifié de la même classe que Dewey, illustré ici, ne peut pas se déployer car il est commandé par un officier qui ne peut pas le diriger en raison d'un procès en cours contre le vaccin COVID.
La Marine a déclaré qu’un destroyer lance-missiles non identifié de la même classe que Dewey, illustré ici, ne peut pas se déployer car il est commandé par un officier qui ne peut pas le diriger en raison d’un procès en cours contre le vaccin COVID.

Une bataille juridique en cours pour savoir si l’armée peut forcer les troupes à se faire vacciner contre le COVID-19 a laissé la marine avec un navire de guerre qu’ils disent ne pas pouvoir déployer car il est commandé par un officier non-vacciné.

C’est une impasse que les militaires qualifient de « préoccupation manifeste pour la sécurité nationale », selon de récents documents déposés devant la Cour fédérale.

Les problèmes découlent d’une action en justice déposée devant le tribunal de district américain du district intermédiaire de Floride à la fin de l’année dernière alléguant que les droits des militaires sont violés par le mandat du vaccin COVID parce que leurs croyances religieuses les empêchent de prendre le vaccin.

Le juge Steven D. Merryday a rendu une ordonnance le mois dernier interdisant à la Marine et au Corps des Marines de prendre toute mesure disciplinaire contre le commandant anonyme du navire de guerre de la Marine et un lieutenant-colonel du Corps des Marines pour avoir refusé le vaccin.

Dans le processus, l’affaire a soulevé des questions sur les limites entre le bon ordre militaire et la discipline, et les droits légaux des militaires en tant que citoyens américains.

L’injonction de Merryday est « une intrusion extraordinaire dans le fonctionnement interne de l’armée » et a essentiellement laissé la Marine à court d’un navire de guerre, selon un dossier déposé le 28 février par le gouvernement.

« En ce qui concerne le commandant de la marine, la marine a perdu confiance dans sa capacité à diriger et ne déploiera pas le navire de guerre avec lui aux commandes », indique le dossier.

La marine compte 68 destroyers de classe Arleigh Burke dans sa flotte de surface, dont 24 sont basés à Norfolk.

Mais alors que le dossier du gouvernement a présenté l’ordonnance du juge et le refus de vaccin du commandant comme ayant un impact sur le cœur de la puissance militaire américaine, les avocats des plaignants soutiennent que l’affaire concerne en fin de compte les droits accordés aux plaignants en vertu de la Constitution et de la loi sur la restauration de la liberté religieuse. Cette loi interdit au gouvernement d’alourdir considérablement l’exercice de la religion d’une personne.

Les responsables de la marine ont refusé de commenter l’affaire ou d’identifier le commandant ou le navire qu’il dirige, mais les archives judiciaires montrent que le commandant travaille pour le capitaine Frank Brandon, le commodore du Destroyer Squadron 26 basé à Norfolk.

Commandant COVID

Le dossier du 28 février allègue que le commandant a déjà ignoré les réglementations de la marine après avoir « exposé des dizaines de membres de son équipage au COVID-19 lorsqu’il a décidé de ne pas se tester après avoir ressenti des symptômes ».

Une déclaration déposée début février par Brandon indique qu’il a rendu visite au commandant de la marine à bord de son navire en novembre et que le commandant du navire « pouvait à peine parler ».

Après un briefing impliquant des dizaines de marins en étroite collaboration sur le navire, le commandant de la Marine a admis à son patron qu’il avait mal à la gorge.

Brandon lui a ordonné de passer un test COVID, et le commandant a été testé positif après avoir dit à son patron qu’il avait discuté de sa maladie plus tôt avec l’homme du corps du navire, selon la déclaration.

Le dossier du gouvernement du 28 février a également fait valoir que, même si le tribunal a jugé le commandant crédible, il ne peut pas diriger et équiper un navire de guerre « étant donné la rupture des relations avec son commandant et ses subordonnés ».

Un commandant ne peut pas faire appliquer les ordres à son équipage de 320 marins s’il ne respecte pas lui-même ces ordres, selon le dossier.

« En forçant la marine à maintenir en place un commandant de destroyer qui a perdu la confiance de ses officiers supérieurs et de la marine dans son ensemble, cet ordre met effectivement hors service un destroyer lance-missiles de plusieurs milliards de dollars », ont écrit les avocats de la défense. .

Un lieutenant-colonel du Corps des Marines engagé pour diriger un bataillon de logistique de combat met ce service dans le même bateau, car « le non-respect des politiques et normes légales de ses supérieurs compromet sa capacité à exiger de ses subordonnés qu’ils suivent ses politiques et normes », le dossier argumente.

« Aucune armée ne peut fonctionner avec succès là où les tribunaux permettent aux militaires de définir les conditions de leur propre service militaire, y compris les ordres qu’ils choisiront de suivre », indique le dossier.

Exagération du gouvernement ?

Mais selon Mat Staver du Liberty Counsel, une organisation à but non lucratif pour la liberté religieuse représentant les plaignants, le gouvernement « consigne ces types de déclarations histrioniques dans le dossier qui sont complètement contraires aux preuves ».

Alors que les dirigeants de la Marine ont affirmé avoir perdu confiance dans le commandant, ils l’ont quand même envoyé, lui et son navire, en mer pour deux semaines d’entraînement, a déclaré lundi Staver au Navy Times.

« Lorsque cela a été déposé devant le tribunal disant que le navire n’était pas déployable parce qu’ils avaient perdu confiance dans le commandant, le commandant était à bord du navire en mer pendant deux semaines de tests et d’entraînement pour la préparation militaire », a déclaré Staver. « Il est rentré au port vendredi dernier, le 4 mars, une fois les exercices terminés. »

L’insistance du gouvernement sur le fait que le commandant de la marine ne peut pas commander son navire « pue les représailles mesquines et le mépris » de l’injonction préliminaire du tribunal interdisant de telles représailles, ont écrit les avocats des plaignants dans un dossier du 1er mars.

« La prétendue » perte de confiance « de la Marine envers le commandant est manifestement un prétexte et a tout à voir avec la tentative légale et ordonnée du commandant d’obtenir une réparation judiciaire d’un mandat inconstitutionnel », indique le dossier.

Le navire a fait route pendant plus de 300 jours pendant les 400 jours de pandémie alors qu’aucun vaccin n’était disponible, affirment les plaignants, « sans aucun obstacle opérationnel ».

« S’il y a des blessures à la Marine du fait de l’arrêt du navire du commandant, elles sont auto-infligées et intentionnelles », indique le dossier.

Bon ordre et discipline

Dans une déclaration jointe au dossier du 28 février, le vice-amiral Daniel Dwyer, chef de la 2e flotte américaine, a qualifié l’ordonnance d’interdiction temporaire et l’injonction préliminaire dans l’affaire de « profondément préoccupante ».

« La perspective qu’un commandant subordonné responsable d’autres membres du Service ou d’actifs militaires ignore les ordres de son supérieur pour des raisons personnelles, quelles qu’elles soient, est en soi une préoccupation manifeste pour la sécurité nationale », a écrit Dwyer.

L’ordonnance du juge « crée également un risque pour la santé du personnel » affecté au navire du commandant, selon Dwyer.

Un tel ordre est une menace pour les fondations sur lesquelles repose l’armée, selon le vice-amiral.

« Cela protège le commandant de la marine de la responsabilité et de l’obligation de rendre compte sur lesquelles repose son autorité de commandement et le laisse responsable de l’application des politiques contre lesquelles il est immunisé », selon Dwyer.

Le lieutenant-colonel du Corps des Marines choisi pour commander un bataillon de logistique de combat présente une situation tout aussi difficile pour ce service, a écrit le chef du II Marine Expeditionary Force, le lieutenant-général William Jurney, dans le même dossier.

« L’injonction de la Cour, qui empêche le Corps des Marines de supprimer la sélection de commandement du lieutenant-colonel 2, aura des effets immédiats et irréparables sur le pipeline de formation et le processus de sélection des futurs commandants », a écrit Jurney.

D’autres dirigeants de la Marine, dont le chef des opérations navales Adm. Mike Gilday et le chef du Commandement des forces de la flotte, Adm. Daryl Caudle, ont également déposé des déclarations à l’appui du dépôt du 28 février.

Alors que les plaignants et leurs avocats cherchent à transformer le procès en recours collectif, ce qui pourrait voir l’injonction passer de 35 personnes à « potentiellement 2 500 à 4 000 personnes à travers divers grades, spécialités professionnelles et affectations d’unité », a écrit Caudle.

« Dans l’entreprise mortelle de la protection de notre sécurité nationale, nous ne pouvons pas avoir un marin qui désobéit à un ordre légal de recevoir un vaccin parce qu’il nourrit une objection personnelle, pas plus que nous ne pouvons avoir un marin qui désobéit au manuel technique d’exploitation d’un réacteur nucléaire parce que il ou elle croit qu’ils savent mieux », a-t-il écrit.

Le dossier du 28 février note que les quartiers proches d’un navire sont des endroits privilégiés pour la propagation de COVID, et que l’injonction du tribunal dépasse son autorité.

« Les tribunaux ont toujours jugé que les décisions quant à savoir qui est placé à la tête de nos troupes dépassent la compétence du pouvoir judiciaire et sont constitutionnellement confiées aux branches militaire et politique », indique le dossier.

La charge de la preuve du gouvernement

Mais le juge Merryday a rejeté la demande du gouvernement dans une décision du 3 mars et a accusé la défense de tenter « d’évoquer la perspective effrayante d’une grave urgence nationale résultant d’un excès prétendument imprudent et illégal du juge de district ».

Merryday a accusé la défense d’argumenter comme si la loi sur la réforme de la liberté religieuse ne s’appliquait pas aux militaires.

L’affirmation du commandant selon laquelle ses droits en vertu de la loi ont été niés « exige un examen plus approfondi, qui est facilement et raisonnablement disponible rapidement ».

« Assurément, les droits de libre exercice restaurés par la RFRA ne sont pas sujets à éviscération ou contournement par une notion aussi subjective et illusoire – et, selon les défendeurs, non révisable par le pouvoir judiciaire – qu’une « perte de confiance » soudaine par un officier supérieur qui envoie une déclaration au tribunal », a écrit Merryday.

De plus, l’affirmation du gouvernement selon laquelle la vaccination contre le COVID maximise la santé et la sécurité des militaires n’est pas contestée, a-t-il écrit.

« Les défendeurs pourraient préférer débattre de cette question, mais les plaignants et le tribunal ne traitent que de la question présentée dans la demande RFRA », déclare l’ordonnance de Merryday.

La question est plutôt de savoir si vacciner le commandant de la Marine et le lieutenant-colonel du Corps des Marines contre leurs objections religieuses est « le moyen le moins restrictif de promouvoir cet intérêt irrésistible du gouvernement ».

« La RFRA établit ce test explicite et place la charge de la preuve sur le gouvernement », a écrit Merryday. « Prouver l’évidence, que la vaccination est la meilleure pour « la force » et nécessaire pour « la force », ne satisfait pas le test « à la personne » exigé par la RFRA. L’armée a pour objectif d’éviter le test « à la personne », mais la loi est inébranlable. »

En rejetant la requête du gouvernement du 28 février, Merryday a donné aux deux parties jusqu’à mardi pour soumettre une liste de témoins et de pièces à conviction pendant que l’affaire se poursuit.

Source : NavyTimes

Related Posts

Next Post

EDITOR'S CHOICE

Welcome Back!

Login to your account below

Retrieve your password

Please enter your username or email address to reset your password.