lundi 5 décembre 2022

50 000 personnes se portent volontaires pour vivre sur une île dédiée aux crypto-monnaies

Un projet d’île entièrement dédiée aux crypto-monnaies est en train de voir le jour. Ce n’est pas le premier de ce genre, mais tous les précédents plans similaires ont été des échecs.

Les annonces portant sur de nouveaux projets crypto concernent habituellement les sommes levées ou les items achetés. Les créateurs du projet de Satoshi Island ont, eux, annoncé avec beaucoup d’enthousiasme avoir reçu des candidatures. Il ne s’agit pas de n’importe lesquelles : à la date du 23 mars 2022, plus de 50 000 personnes se sont portées volontaires pour vivre sur Satoshi Island, un projet de ville qui deviendrait, à terme, une « capitale des cryptos ». Et, chose extraordinaire, le projet n’est pas situé dans le métarverse, mais dans la vraie vie, sur une île des Vanuatu.

Satoshi Island, du nom de l’inventeur du bitcoin, est certainement l’un des projets crypto les plus ambitieux du moment. Ses créateurs ont acheté une île, qu’ils veulent transformer en véritable ville et en « paradis des crypto-monnaies ». Le projet serait en développement depuis des années, et les fondateurs estiment que Satoshi Island est prête à « accueillir de véritables projets crypto et une démocratie basée sur la blockchain ». Mais des projets similaires ont, par le passé, été de véritables échecs.

Un projet populaire, mais encore incertain

Concrètement, les fondateurs du projet souhaitent que Satoshi Island accueille des « évènements liés à la blockchain toute l’année » et « les sièges de projets crypto ». « La vie sur l’île sera une expérience comme nulle part ailleurs, et permettra aux membres de la communauté crypto de se retrouver, de vivre et de travailler avec des personnes partageant les mêmes centres d’intérêt », se vantent les créateurs sur le site dédié à Satoshi Island. Tous les commerces utiliseront des crypto-monnaies, et il n’y aura aucune monnaie fiduciaire sur l’île, est-il expliqué.

Satoshi Island est un projet extrêmement ambitieux, et il a été accueilli avec beaucoup d’enthousiasme dans la communauté crypto — au point où les fondateurs du projet estiment que les premiers habitants pourraient commencer à vivre sur l’île au début de l’année 2023. Les futurs logements ont même été prévus : ils ont tous été designés par l’un des cofondateurs du projet, l’architecte James Law, et sont présentés comme des « habitations écologiques et fonctionnant à l’énergie solaire ».

« Capitale des crypto-monnaies » : 50 000 personnes se portent volontaires pour vivre sur une île
Un projet d’habitation sur Satoshi Island. // Source : Satoshi Island

Au sein de la communauté crypto, Satoshi Island fait rêver, au point où personne n’a encore véritablement évoqué ses limites, qui sont pourtant nombreuses. Même si les créateurs du projet ont d’ores et déjà acheté l’île, et reçu l’accord du président de Vanuatu pour l’installation d’entreprises liées aux crypto-monnaies, le développement du projet risque de prendre du temps.

Il n’existe pour l’instant qu’un seul bâtiment sur toute l’île, personne n’a encore pu visiter les lieux pour s’assurer que les photos sont réalistes, et il n’y encore aucune infrastructure sur l’île : ni canalisation, ni route, ni eau courante, ni internet. L’île est, de plus, extrêmement isolée : elle est située au nord de Vanuatu, loin de la capitale et de l’aéroport principal du pays. Il n’y a aucune garantie que les habitations arriveront à temps, ni même que les aménagements puissent vraiment être construits.

Des projets similaires ont déjà échoué dans le passé

Pour l’instant, l’histoire de Satoshi Island n’est pas sans rappeler celles d’anciens projets semblables, mais qui se sont tous révélés être d’énormes échecs.

Au Sénégal, le projet Akon City semble être au point mort plus d’un an après l’annonce du début des travaux. Les plans pour la future ville, qui devait fonctionner en partie grâce aux crypto-monnaies, prévoyaient que les premiers bâtiments seraient entièrement construits en 2024. Mais sur place, aucun chantier n’a encore démarré, le promoteur du projet est soupçonné d’arnaque, et les habitants doutent du futur du projet.

Un autre projet, celui de CryptoLand, qui devait s’installer sur une île des Fidji, est également tombé à l’eau. Présenté comme un plan très similaire à celui de Satoshi Island, CryptoLand devait également accueillir une communauté de fans de crypto-monnaies dans une île paradisiaque. Mais le groupe à l’origine du projet n’a pas réussi à acheter l’île qu’il voulait, et depuis le mois de février 2022, le compte Twitter de CryptoLand n’a pas été mis à jour et aucune information n’a été publiée. Le projet a été largement été comparé à un « Fyre Festival des crypto-monnaies », en référence à un événement frauduleux qui a piégé des centaines d’influenceurs en 2017.

Pour l’instant, le seul projet crypto qui ait véritablement vu le jour est Bitcoin Beach, au Salvador — mais le succès n’est pas au rendez-vous. Le pays est le premier (et le seul) à avoir reconnu le bitcoin comme une monnaie officielle en septembre, ce qui veut dire que, dans tout le pays, les achats sont censés pouvoir être faits en bitcoin. Mais un reportage de Rest of World révélait que six mois après l’adoption de la crypto-monnaie, la plupart des commerçants du pays hésitaient encore à accepter les transactions en bitcoin — et ce même à Bitcoin Beach, une ville pensée comme l’étendard du pays pour les crypto-monnaies.

Pour Satoshi Island, tous les précédents échecs n’augurent rien de bon — mais les équipes du projet ont tenu à rassurer les futurs habitants. Les fondateurs ont notamment souligné qu’ils possédaient d’ores et déjà l’île, et qu’ils avaient déjà « de l’expérience dans le secteur ». Pour l’instant, et malgré l’enthousiasme certain de la communauté crypto, rien ne garantit que le projet aboutira, ou bien qu’il ne sera pas, à nouveau, un Fyre Festival.

Related Posts

Next Post

EDITOR'S CHOICE

Welcome Back!

Login to your account below

Retrieve your password

Please enter your username or email address to reset your password.