Cinéma

FADA, le film écrit, produit et réalisé pendant le confinement à Marseille pour 0€

+1+2+3+4+5

Plutôt que de voir des films, le jeune duo de réalisateurs Mistral, basés à Paris et Marseille, a préféré réaliser son propre film. Avec une idée simple en tête : mettre à l’honneur l’incontournable expression provençale : fada.



Et nous, forcement, nous avons immédiatement voulu en savoir plus.

En vous confinant dans le Sud, vous avez réalisé un court-métrage étonnant pour mettre en lumière l’incontournable expression provençale : fada. Pourquoi ce choix ?

Le confinement nous a forcé à abandonner un autre projet que nous étions sur le point de tourner avec Max Clavelly, qui interprète le fada dans ce film.
Nous étions cependant bloqués tous les trois au même endroit à la campagne à Marseille et de nouvelles idées ont commencé à germer. Après quelques semaines, nous avons découvert un vieux livre poussiéreux dans la bibliothèque de la maison où nous logions : « Le parler marseillais, dictionnaire argotique » de Robert Bouvier. On est alors tombés sur la définition du mot « fada ».
La dimension poétique méconnue de cette expression populaire nous a tout de suite surpris et inspirés.

Quels ont été vos inspirations pour le réaliser ?

La principale inspiration de ce film c’est Max, notre acteur.
Son tempérament explosif combiné à sa générosité collaient parfaitement à ce personnage du fada.
On a donc puisé dans l’énergie qu’il dégageait pour construire des scènes fortes aussi bien visuellement que dans ce qu’elles évoquaient.

J’imagine que c’est auto-produit et que ça ne vous a presque rien couté ?



Étant donné le contexte, ils nous était impossible de disposer du matériel que nous aurions normalement utilisé.
On a donc dû composer avec un vieil appareil photo capricieux, une contrainte qui nous a amené à sortir de notre zone de confort et qui s’est finalement avérée plutôt positive et créative.
On peut donc dire que ce film ne nous a rien coûté. Tout est fait maison.

Comment imaginez-vous la suite de votre profession ?

Pour le moment et dans un futur proche, tout est assez flou. Comme la majorité des gens qui travaillent dans l’audiovisuel, on se pose beaucoup de questions sur la capacité qu’on va avoir à rebondir dans les mois à venir.
Mais sinon, dans le meilleur des mondes, on a plein de projets qu’on aimerait voir se concrétiser avec notre duo Mistral.
Que ce soit en clip ou en pub, mais surtout en fiction qui est le domaine qu’on affectionne le plus.

Est-ce que la pandémie ou le confinement a changé quelque chose en vous ?



On a eu énormément de chance d’être confinés tous les deux dans un endroit où l’isolement n’a pas été trop difficile à vivre, comme il a pu l’être pour beaucoup de gens.
Cette parenthèse hors du temps a été pour nous une longue période de réflexion et de création comme on a rarement l’occasion d’en avoir. Ça nous a permis de cultiver un jardin d’idées et de concepts dans lesquels on va pouvoir venir piocher à l’avenir.
On est sûrs que cette période qui a été plutôt étrange pour tout le monde aura de l’influence sur nos futurs projets.

Galerie
Publié le 05/05/2020