Performance

Voici en images l’envers du décors d’un bordel en Allemagne

+1+2+3+4+5

Derrière une pute se cache toujours un client. C’est sans doute ce qu’à voulu démontrer par l’image l’artiste Bettina Flitner qui a eu l’excellente idée d’infiltrer le célèbre bordel « Paradise » (c’est un lieu où pour moins de 80 euros, vous pouvez consommer des boissons et du sexe à volonté) à Stuttgart en Allemagne.



Normalement les artistes s’intéressent plus aux filles qui y travaillent qu’aux clients qui consomment. Mais Bettina, elle, n’est pas comme les autres. Son œil va là où personne ne regarde.

Elle a voulu montrer qu’en Allemagne, une majorité d’homme pensait qu’il était normal de pouvoir acheter une femme, la prostitution étant légale depuis 18 ans.

En donnant librement la parole aux clients, elle retire une certaine forme de culpabilité direct ou indirect. En le laissant s’exprimer à sa guise, quelque chose d’important se passe. Quelque chose de différent.

Elle prend l’angle de se dire ni coupables, ni victimes. Elle laisse le choix aux spectateurs de se faire son avis. Elle ne le dirige pas. Bon, même si, après un bref coup d’œil, une idée vient instantanément à l’esprit. Les proxénètes sont des criminels. Des purs esclavagistes modernes. Mais au delà de la complicité de traite des êtres humains, ses images soulèvent d’autres questionnements.

Et ce n’est pas un hasard si sa série de portraits des clients-consommateurs vient de refaire surface sur un jeune média autonome autogéré par des stagiaires. A l’origine, le reportage de Bettina Flitner a été publié dans le magazine Stern mais n’avait pas eu l’écho qu’il mérite.



Galerie
Publié le 25/04/2020