Glam

Les « creative sugar babies » : ces jolies jeunes filles obligées de se prostituer pour créer (et survivre)

+1+2+3+4+5

On en connait tous des artistes et créatifs affamés qui n’arrivent pas à vivre de leurs talents qu’ils en en ai un peu ou énormément. Syndrome de notre époque, où tout le monde peut s’autoproclamer « artiste », les « vrais » ceux qui choisissent le sacrifice, doivent se confronter à toute la laideur du monde. Antinomique avec le métier de créer ? Nietzsche évoquait en son temps la création comme la grande délivrance de la souffrance, la création pour rendre la vie légère.

Le sujet évoqué aujourd’hui se situe malheureusement  à l’opposé de cette réflexion philosophique d’un autre temps. On parle souvent des artistes maudits, qui sont souvent de jeunes hommes torturés. Mais on ne parle pas des jeunes filles en fleurs qui elles aussi souhaitent réussir dans les métiers d’art. Celles qui doivent user d’une légèreté sous pseudonyme pour accéder à leur rêve, faire exister leurs idées dans un monde ou tout est fait pour les décrédibiliser.

Qu’elles soient peintres, photographes, actrices, maquilleuses ou encore designers, ces jeunes filles ont trouvé un « modèle économique » pour auto-financer leurs projets, les sites de dating en ligne pour « sugar daddys » en manque de fraicheur.

SugarDaddy.com, Craiglist, Tinder ou SeekingArrangement.com, les sites regorgent de créatives en recherche d’argent et de mécènes en échange d’un peu de leur beauté. Par exemple un site comme Seeking Arrangement comptait pas moins de 20% de modèles et d’actrices en manque de travail. Une recherche avec le simple mot « artiste » sur le même site donne aujourd’hui accès à des dizaines de milliers de profils.

En 2016, Seeking Arrangement a enregistré un taux d’inscription record pour les étudiants(es). En échange d’une stabilité financière, elle chattent, accompagnent les sugar daddys (ou mamas) là ou ils (elles) le souhaitent et donnent un peu plus qu’un baiser si la proposition est salée.

Une tendance qui fait réfléchir quand on sait que le nombre de vocations artistiques augmente de plus de 10% chez les jeunes chaque année et que pour un sugar daddy, connecté il y a environ 10 sugar babies disponibles.

Les sugar babies sont donc en train de devenir un phénomène économique à part entière, l’offre et la demande sont en augmentation constante, reste à savoir si les sacrifices consentis par les créatives « sugar babies » n’influenceront pas trop leurs oeuvres de demain…

Galerie
Publié le 23/05/2017