Performance

L’activisme populaire, sans violence et sans sponsor des skateurs de San Francisco

+1+2+3+4+5

Les skaters de San Fransisco viennent de descendre tous ensemble l’une des plus grandes collines de la ville pour supporter le mouvement BLACK LIVES MATTER. C’est un activisme populaire, sans aucune violence, sans sponsors ni marques corporate.


L’idée a été simple, réunir une centaine de skateurs pour escalader Twin Peaks – la deuxième plus haute colline de San Fransico, avec une rue sinueuse parfaite pour le skate. Cette descente de groupe a été mis en lumière pour attirer l’attention sur le racisme au sein de la communauté des skateurs.

Inspiré par les protestations mondiales de Black Lives Matter, le co-organisateur Re N a voulu réunir la communauté de skateurs pour « écouter les skateurs noirs et commencer à pousser pour le changement à l’extérieur des planches à roulettes. » Plus de 100 personnes ont dévalé massivement les rues de la ville avec des pancartes «Écoutez les skateurs noirs», «Abolissez la police», «Détruisez le racisme» et «Être noir n’est pas un crime» tandis que Re N les a encouragés à travers son mégaphone.



« Ce sera un espace de guérison, pas un espace d’énergie élitiste proche des conneries des cool-guy », a écrit Dominico, un skateur basé dans la région. « Je veux voir plus de skateurs noirs pouvoir s’exprimer comme Na-Kel Smith l’a fait au sujet du racisme dans les communautés amateurs/professionnelles », a déclaré Re N. « Le skateboard a cette image anti-établissement de paix, d’amour et d’unité, mais il y a aussi un côté très sombre lorsque des groupes entiers de personnes sont rejetés et méprisés dans le sport. »

San Francisco a été l’endroit parfait pour faire ça. C’est là que la Bible du skateboard Thrasher a été fondée en 1981 et où Mark Gonzales est devenu l’un des skateurs les plus influents après avoir effectué un ollie d’anthologie, ce qui a contribué à faire du site la destination des skateurs.



Galerie
Publié le 15/06/2020