Performance

PROJET X, enfin la preuve que la France est sur écoute !

+1+2+3+4+5

Le Project X fut une mission particulièrement audacieuse, pour ne pas dire très sensible, portant sur la construction d’un gratte-ciel massif, capable de résister à une explosion atomique, au milieu de la ville de New York. Il n’a pas de fenêtres, est long de 29 étages avec trois niveaux au sous-sol, et assez de nourriture pour faire tenir 1.500 personnes pendant deux semaines dans le cas d’une catastrophe…

L’objectif principal de l’immeuble ne serait pas pour protéger les humains contre les radiations toxiques au milieu d’une guerre nucléaire. Au contraire, le gratte-ciel fortifié sauvegarderait simplement de puissants ordinateurs, des câbles et des tableaux. Il abritera l’un des centres les plus importants de télécommunications aux États-Unis – le plus grand centre du monde pour le traitement des appels téléphoniques longue distance, exploités par la Compagnie de téléphone de New York, une filiale de AT & T.

000004

Le bâtiment a été conçu par le cabinet d’architectes John Carl Warnecke & Associates, dont la vision grandiose était de créer un centre de communication nerveux à l’image d’une forteresse du 20ème siècle, les lances et les flèches sont juste remplacés par des protons et des neutrons.

La structure est encore utilisé par AT&T et contrairement aux nombreux bâtiments résidentiels et de bureaux voisins, il est impossible d’obtenir un aperçu de l’intérieur du 33 Thomas Street. Fidèle aux plans originaux des concepteurs, il n’y a pas de fenêtres et le bâtiment n’est pas éclairé. La nuit, il devient une ombre géante, pour se fondre dans l’obscurité, ses grandes ouvertures carrées émettant un bourdonnement sourd distinct qui est souvent noyé par le bruit de la circulation automobile et des sirènes hurlantes.

mv5bogm3zwrmnmqtmgeyzc00zdq1lwi4mdmtzwq4otu0zdmzmdm2l2ltywdll2ltywdlxkeyxkfqcgdeqxvymjixnja3ndk-_v1_sx1777_cr001777937_al_

Pour beaucoup de New-Yorkais ce bâtiment a été une source de mystère pendant des années. Il a été marqué l’un des gratte-ciel les plus étranges et les plus emblématiques de la ville, mais aucunes informations n’a jamais été publié à propos de son but.

Il est fréquent de garder le public dans l’obscurité sur un site contenant des équipements de télécommunications vital. Mais le 33 Thomas Street est très différent. Une enquête menée par The Intercept indique que le gratte-ciel est bien plus qu’un simple centre névralgique pour les appels téléphoniques longue distance. Il semble également être l’un des sites les plus importants de surveillance de l’Agence nationale de sécurité sur le sol américain – une plaque tournante de surveillance secrète qui est utilisée pour puiser dans des appels téléphoniques, des télécopies et des données sur Internet.

stills-seq-20

Le gratte-ciel de Manhattan semble être un emplacement de base utilisé pour un programme de surveillance de la NSA controversé qui a pour cible les communications de l’Organisation des Nations Unies, le Fonds monétaire international, la Banque mondiale, et au moins 38 pays, y compris des alliés proches des États-Unis comme l’Allemagne, le Japon, et la France.

Il est connu depuis longtemps que AT&T a coopéré avec la NSA sur la surveillance, mais peu de détails ont émergé sur le rôle des installations spécifiques dans l’exécution des programmes top-secret. Les documents de Snowden fournissent de nouvelles informations sur la façon dont l’équipement de la NSA a été intégré dans le cadre du réseau d’AT&T à New York, révélant des détails sans précédent sur les méthodes et la technologie que l’agence utilise pour aspirer les communications provenant des systèmes de l’entreprise.

stills-seq-1

« Ceci est une preuve de plus que nos fournisseurs de services de communications sont devenus, que ce soit volontairement ou involontairement, un bras de l’État de surveillance», a déclaré Elizabeth Goitein, co-directeur de la liberté et du programme de sécurité nationale au Centre Brennan pour la Justice.
« La NSA fonctionne vraisemblablement sous le contrôle des autorités qui lui permettent de cibler des étrangers, mais le fait qu’il est si profondément ancrée dans notre infrastructure de communications nationales devraient faire pencher les gens que les effets de ce type de surveillance ne peuvent pas être nettement limités à des non-Américains. »

La NSA a évidemment refusé de commenter cette histoire. Heureusement un film (réalisé par Laura Poitras et Henrik Moltke) de 10 minutes va sortir sur le sujet. Nous avons eu la chance de le voir, ça risque de faire énormément de bruit, même jusqu’à Paris, et ce n’est pas François Fillon dans sa petite automobile qui va pouvoir y changer quoi que ce soit.

article00

Laura Poitras and Henrik Moltke, Project X, 2016, HD video, color, sound, 10 minutes. ‘Project X’: Laura Poitras Unveils New Short Film Chronicling Secret NSA Surveillance Site in New York City
The short will be narrated by Rami Malek and Michelle Williams.
Galerie
Publié le 22/11/2016