Art

Le Girlsgang post-apocalypse de Bryn DC

+1+2+3+4+5

Entre Mad Max, le féminisme contemporain, l’univers des scènes cinématiques de certains jeux vidéos et les Comics, Bryn DC créé des visuels hyper puissants. Son obsession pour l’horreur, la mort et la religion le mène vers des chemins de création sanguinolants qui présagent (presque) toujours un avenir totalement chaotique.

Cinéaste et photographe, Bryn DC a voulu pousser un cri visuel à la face du monde pour réveiller les consciences quand à la puissance féminine.

Ce projet, réalisé pour lutter contre l’inégalité des sexes,  en collaboration avec des femmes cinéastes, des écrivains, des artistes et des militantes, rend hommage au girl power en bousculant les notions conventionnelles et contestées de la féminité. Ses modèles sont couvertes de poussière dans un monde post-apocalyptique,  leurs visages en sueur ou en sang, leurs vêtements en lambeaux, et leur make-up coule comme des larmes de révolte.

Masques à gaz et munitions, teintes guerrières passées pourraient être interprétées comme une célébration de la violence et de la guerre mais il n’en n’est rien. le message de Bryn DC est clair.

Le combat est la seule façon de ne plus avoir peur de l’avenir, et les femmes en sont le symbole.

 

"All roads were melting into the sludge of urban decay, a hell of sleaze and warfare born from idle hands of the bystanders. We waited for the call, ignorant that by the time it mattered it had become tinnitus shaking through our ears and nerves unnoticed. The future was already dead, it just didn't stay buried." “I wanted to deconstruct the representation of strong women I kept seeing in the media, remove the sexualization and just have them be what they were, strong women,”
Galerie
Publié le 29/03/2016