Cinéma

Valentin Petit a tout d’un grand surtout depuis la réalisation de son dernier film

+1+2+3+4+5

Le dernier court-métrage du réalisateur Valentin Petit est une merveille. Le genre de film fait avec le cœur et les tripes. Le genre de film que personne n’attend, que personne ne commande, et qui par conséquent est plus intéressant que les autres, simplement parce qu’il est pur. Sans artifices, sans calculs. C’est pour ça qu’on a voulu en savoir plus sur sa fabrication avec le principal concerné, Valentin Petit

Comment est né l’idée de ce nouveau court-métrage ?
Mon postulat de départ avant l’écriture du script était : « comment lier l’image et le son au sein d’une même histoire ? ». Deux éléments indissociables pour moi lors de la création d’une œuvre visuelle. J’ai ensuite agrégé différentes inspirations pour construire la trame : mes lectures, mes expériences personnelles, mes passions etc.

Avec un synopsis si mystérieux comment tu as réussi à convaincre ton producteur ? Pour mémoire, Pablo et Marius font une découverte troublante au sujet de leur ami d’enfance Lou. Elle semble pouvoir synthétiser en son la lumière à laquelle elle est exposée. Mais comme elle devient bientôt un instrument de leur expériences musicales, son don se transforme en une sorte de malédiction…
Cette question démontre bien l’importance d’avoir une visibilité sur le court et long terme de sa carrière. En effet, depuis quelques années, au gré des projets, je sélectionne mes équipes avec soin afin d’obtenir un noyau dur, une « famille » de personnes me suivant sans hésiter sur des projets expérimentaux comme celui-ci. Le producteur en question, Germain Robin, n’a pas hésité une seconde à me suivre et a même poussé le projet vers le haut. Cette fidélité et confiance réciproque se concrétise après de nombreux projets divers et variés.

Le casting est la force de film, comment as tu pensé à ces comédiens et comédiennes pour interpréter ton monde imaginaire ?
Je cherchais un trio de vrais amis dans la vie de tous les jours sensibles à la musique. Après quelques semaines de recherches, je suis tombé sur Alice David, comédienne française montante, ainsi que Patrick (Marius) et Jonathan (Pablo) musiciens accomplis dans leur domaine. J’ai eu énormément de chance qu’Alice ai l’envie de me suivre dans ce projet car je souhaitais vraiment la sortir de son registre comédie et casser son de « petite fraicheur parisienne » au profit d’un rôle plus dur et dramatique !

Tu accordes une place très importante à l’esthétique de tes images, ta mise en scène ne laisse rien au hasard, alors on a envie de te demander ce qu’est à tes yeux l’esthétique cinématographique au XXIeme siècle ?
L’image est évidemment une chose primordiale à mes yeux ! Cette dernière est le pont guidant & immergeant le spectateur dans votre univers. Mais aujourd’hui, des belles images, on en voit partout. Avec la démocratisation des outils de tournage, tout le monde peut faire un clip, un court-métrage ou une oeuvre visuelle. Le challenge, c’est de réussir à raconter une histoire, en faisant en sorte que les images la nourrissent, mais aussi les dialogues (si il y en a), la psychologies des personnages, la musique, le son etc. Et c’est l’équilibre de cet ensemble qui est primordial. Pour répondre plus directement à votre question : il n’y a pas une seule esthétique cinématographique au XXIème siècle. Avec tous les outils et talents disponibles, si on s’enferme dans une esthétique et qu’on adapte pas sa vision au projet en cours, c’est un peu la mort, non ?

Quelles ont étaient tes inspirations pour « le bruit de la lumière » ?
Mes inspirations sont nombreuses mais si nous devons en résumer quelques une concernant l’histoire je dirai: « Je suis né un jour bleu » de Daniel Tammet. Cette autobiographie traite justement de la synesthésie, l’auteur considère que les nombres sont des formes et des couleurs. Concernant l’image le cinéma Italien avec Dario Argento ou même le cinema Japonais avec Takeshi Kitano m’ont largement influencé.

Et pourquoi ce titre conceptuel « le bruit de la lumière » qui irait aussi très bien à un roman ?
Le bruit vous l’entendez mais vous ne le voyez pas. A l’inverse, la lumière vous la voyez mais vous ne l’entendez pas. Je souhaitais matérialiser ces deux éléments immatériels & opposés avec ce titre « miroir ».

Tu vas à nos yeux passer bientôt à la réalisation de ton premier long métrage est-ce qu’il est déjà écrit et si oui peut-on en savoir plus ici ?
Oui tout à fait, je travaille sur le développement de mon premier long-métrage à partir de la rentrée. Plus précisément sur l’adaptation d’un bouquin mais hélas, je ne peux pas vous en dire plus pour l’instant, cela doit encore rester confidentiel.

Et dernière question, sans doute la plus importante de toute, tu vas réaliser quoi cet été ?
Je suis le travail d’un rappeur français depuis un moment, j’adore son univers et j’avais envie de l’accompagner dans son développement. Nous avons tourné son prochain clip en 35mm et sa sortie est prévue pour la première quinzaine de septembre. Je vous tiens au courant, promis !

A short film directed by Valentin Petit and produced by Ocurens.

Starring Alice David (Lou), Patrick Biyik (Marius), Jonathan Illel (Pablo)

Written by Guillaume Audi & Valentin Petit
+++ CREW +++

Producer: Germain Robin
Executive Producer: Germain Robin
Line Producer: Caroline Saumet
1st Assist Director: Mathieu Pérez
2nd Assist Director (prep) Juliette Bourseul
Script: Malvina Desmarest
Director 2nd Crew: Vincent De La Rue
Unit Manager: Ondine Dupont
Unit Manager Assistant: Korantin Guivarch
Production Assistant: Nathan Seyesser

D.O.P: Fabio Caldironi
1st Assist Cam: Loeiz Perreux / Gaultier Durhin
2nd Assist Cam: Mathlide Blesch / Louise Legaye
Sound Engineer: Benoit Déchaut
Sound Assist: Agathe Lisowski / Gabriel Roches
Sound Engineer (prep): Marc Péron
Sound Assist (prep) Morgane Annic Nony
Gaffer: Fanny Mazoyer
Best Boy Electrician: Clément Benoist
Key Grip: Pierre-Francois "PIF" Ducrocq
On Set Photographer: Valentin Chenaille
SFX Technician: Thomas Demarez
Prod Designer: Floriane Boulanger
Prod Designer Assist: Vladimir Naudin
Costume Designer Mathilde Leveque
Costume Designer (prep): Natalie Van Der Meulen
Make-up Artist: Lola Boudet

+++ POST-PRODUCTION +++

Compositiing Artist: Valentin Tuil
Expérimental textures: Nathan Almeras
Colourist: Arthur Paux
Editor: Maxime Caro
Post-producer: Clément Lesgo
Music: MiM
Mix & Sound Design: Emilien Bernaux
Voice Over: Faustine Prat
English Subtitles: Célia Hildago
Spanish Subtitles: Eva Jarriau
Galerie
Publié le 11/06/2018