Ads

Emmanuel André : « Je suis peut être psychopathe après tout »

+1+2+3+4+5

Le publicitaire et photographe Emmanuel André maîtrise depuis toujours sa bipolarité. Lui qui a grandi entre deux mondes. D’un côté diplômé d’une grande école de commerce, de l’autre diplômé de l’École des Beaux-Arts à Paris. Ce gentleman créatif vogue depuis entre l’orient et l’occident. De New York à Hong Kong. Pour le compte de l’agence TBWA\Worldwide avec des cartes de visites plus farfelues les unes que les autres, comme seule l’industrie publicitaire peut en inventer : « Regional Director of TBWA\Asia Pacific in Hong Kong » ; « Chief Operating Officer
 for the TBWA\Worldwide ». Pour savoir justement qui se cache derrière ces titres étranges, nous lui avons posé quelques questions…

Tu sais qu’on dit souvent des gens qui ont un prénom comme nom qu’ils sont des psychopathes (Emile Louis, Guy Georges, Patrick Henry, etc) tu en es ?
Les prénonymés sont des fois des psychopathes mais parfois il ne le sont pas. Heureusement, Martin est le premier nom de France. En ce qui me concerne, il faudrait poser la question a ma femme.

Tu officies à TBWA New-York le jour et tu trouves quand même le temps d’être photographe la nuit, pourquoi ne pas faire le contraire ?
Ils coupent la clim la nuit au bureau.

Tu as maintenant de quoi t’arrêter de travailler pour devenir photographe à plein temps même si tu es encore très jeune, qu’est ce qui te fais continuer dans cette industrie qui vend l’industrie ?
Je ne sais pas quitter les choses, je ne sais qu’ajouter. C’est un peu fatiguant mais c’est comme ça. On dit ‘If you want something done, ask someone busy’ … j’ai peur que si j’arrête une chose tout se termine… Je suis peut être psychopathe après tout.

On est à Cannes pour le Festival de la pub, tu es obligé de faire semblant de me donner le film qui t’a le plus marqué ?
Norman Bates et son univers pre natal. Et puis Jean Claude Vandamme entre deux Volvo. Pas vraiment la même chose mais plutôt des trucs marquants.

Et celui que tu as aidé a réaliser et dont tu es le plus fier ?
Apple ‘Misunderstood’ parce que j’ai un fils de 16 ans et je le vois dans ce film.

Quel est le film que tu as vu sur internet et qui te définit le mieux?
Tous les films de Casey Neistat. Parce que c’est la vie, la spontanéité, la franchise et la victoire de la taille de l’idée sur la taille du budget. J’adore aussi ce film ‘The dark side of the lens » qui me fait rêver. J’y pense maintenant, je ne sais pas pourquoi, c’est sans doute un signe.

Et dernière question, peut être la plus importante, comment vois tu la publicité dans le monde demain ?
Je la vois moins « publicitaire » et plus empathique…

Galerie
Publié le 23/06/2014