Cinéma

CHARLENE BAGCAL : PUNK DIY

+1+2+3+4+5

Nous vous présentions, avant l’été, la jeune réalisatrice Charlène Bagcal de la manière suivante : tout ce qu’elle touche elle le transforme en or. Sa caméra c’est sa baquette magique. Magicienne de l’image qui aime que chacun de ses films lui ressemble. Un mélange subtil entre sensibilité et sensualité. Si on allait loin dans la comparaison on dirait qu’elle est la fille de Bruce Weber et d’Ellen Von Unwerth. Et si on osait l’analyse de comptoir on rajouterait qu’elle a terminé son œdipe et qu’elle est sur le point de tuer symboliquement le père. Pour le reste, il y a son cinéma.
Elle revient aujourd’hui avec un film court étonnant, toujours aussi érotique, pour une pratique féminine qui ne l’est pas : le rasage intime. Avec Charlène Bagcal de toute façon même un geste du quotidien prend de l’ampleur.

tumblr_mnw8kyocRB1qcjam9o1_1280

Galerie
Publié le 23/08/2013