Animation

Pokémon Go, le bracelet électronique de toute une génération

+1+2+3+4+5

Pokemon Go est au monde ce que Donald Trump est à la liberté. Pokemon Go est à la jeunesse ce que qu’Hitler est aux juifs. Pokemon Go est au jeu ce que Kim Jong-un est à la démocratie. En d’autres termes, Pokémon Go est le bracelet électronique invisible d’une large partie de la jeunesse mondiale.

Hier, les GAFA ont expliqué à la jeunesse ce qu’elle devait penser, aujourd’hui, on lui explique où elle doit aller. Un enfermement dangereux quoi qu’en disent les différents Ministres de la santé qui se félicitent que la jeunesse soit en marche. Non pas vers Monsieur Macron mais plutôt vers sa perte.

Cynisme aidant, Nintendo vient juste de lancer des « bracelets connectés » permettant d’attraper plus facilement des Pokémons…
Après la fatwa en Arabie Saoudite et après l’apparition de Pikachu au mémorial d’Auschwitz, l’on est en droit de demander des comptes non ?

A Paris, par exemple, la jeunesse est passée de « Nuit Debout » à « Je marche sans penser ». De la révolution à l’abnégation. Si même les utopies sont mortes, autant arrêter de penser, se déprogrammer une bonne fois pour toutes, et marcher derrière son maitre, en silence.

Pokemon GO risque de cristalliser le nihilisme de toute une génération.

Il y a plus d’utilisateurs sur Pokemon Go que sur Tinder ou Twitter. Il est donc plus important d’attraper des bêtes virtuelles plutôt que de s’informer ou pire plutôt que de baiser. Qui l’aurait cru ? Pokémon Go attaque la testostérone et les endorphines plus qu’une possible partie de jambes en l’air. Mais comment en est t’on arrivé là ?

Comment est-il possible que Pikachu ait plus d’influence sur la jeunesse actuelle que Gandhi ou Martin Luther King ? Est-ce Pikachu qui va défendre les droits de l’homme de demain ?

Une révolution était sur le point de naître malheureusement Pikachu est arrivé.

La révolte était à son paroxysme, et puis la majorité s’est transformée en zombie dirigé mécaniquement vers un néant dispersé par une chasse au trésor sans but réel. Pokémon Go va rentrer dans les livres d’histoire plus vite que la sixième république. Ainsi va le temps. À chaque génération ses changements de monde. A chaque génération ses priorités. Plutôt que de penser à changer le monde il est plus simple de s’oublier en attrapant des boules virtuelles de couleur. Nous ne sommes plus dans la réalité.

Que va t-il se passer après Pokémon Go ? Après les petits animaux mignons, doit on s’attendre à voir arriver les armes lourdes et les putes ? A la recherche armée d’une fille de joie qui n’existe pas. Avec Sexy Go, chasse partout autour de toi les femmes que tu n’auras jamais. Tu aimes aussi les petits enfants ? Viens tous les chasser avec la nouvelle application Pedo Go.

Demain les frontières entre réel et virtuel conduiront inévitablement vers le pire. Rien n’est encadré. Tout va trop vite pour un monde juridique trop lent. Plus personne n’a le temps de s’occuper de ce qui va pourtant être le monde de demain. Tous nos enfants vont nous en vouloir. On laisse tout faire. On participe. On donne des morceaux de nos vies. Plus ou moins fragmentés. On sait ce que l’on consomme. Ce que l’on regarde. Ce que l’on écoute. C’est une prise de contrôle invisible. Un virus. Qui encercle nos vies. La seule chose peut être qu’on retiendra de ce début de nouveau siècle.

Pokémon Go sous sa forme enfantine et enchanteresse est en réalité le diable en personne. Pour mieux se dissimuler rien de mieux que d’employer des couleurs acidulées. Un trompe l’œil pour refourguer en douce l’ignominie. L’innommable. L’enfermement d’une majorité d’enfants et de jeunes adultes. La suite va être terrible. Prévenez votre entourage. Ça laissera forcément des séquelles…

“Chacun est enfermé dans sa conscience comme dans sa peau.”
Arthur Schopenhauer dit Pikatchu à son époque.

"On construit des maisons de fous pour faire croire à ceux qui n'y sont pas enfermés qu'ils ont encore la raison.”
Montaigne
Galerie
Publié le 11/08/2016