Clip

Poppy, la star 100% addictive qui marque la phase terminale de la pop culture

+1+2+3+4+5

Poppy est peut-être la phase terminale de la pop culture. Et en même temps, Poppy est à sa façon un anti-virus. Son univers visuel est un portail vers un univers parallèle, une sorte d’orgasme psychologique créant chez les plus fidèles un culte autour d’elle s’appelant le « Poppyisme ».

Cette pop-star, pas si en toc que ça, a suscité ces dernières années beaucoup de rumeur autour d’elle. Des internautes suggèrent qu’elle était membre des Illuminatis, d’autres annoncent que c’est simplement un robot. Et il y en a même qui disent qu’elle a été kidnappée et forcée à faire ses vidéos.
Pour couper court au rumeurs, la nouvelle star a simplement conceptualisé un tee-shirt avec l’inscription « Je ne suis pas dans une secte dirigée par Poppy » sur son site web.

Et oui, Poppy est aussi subversive à sa façon, sa critique de la société est même très violente. Elle décrypte souvent la dépendance à la technologie ou l’illusion que l’on peut avoir face au « bonheur ». Mais elle tacle aussi les codes des théories conspirationnistes de façon très ironiques. Tout en demandant faussement naïve à ses spectateurs : « As-tu déjà pensé à tes followers ? Que cela signifie-t-il si tu en as beaucoup ? Il y a un nombre derrière mon nom, et derrière le tien ? ».

Elle évoque aussi sa vision du futur : un futur où les gens ne penseront plus par eux-mêmes, guidés par une sorte de conscience unique qui sera le fruit abouti de notre obsession pour internet et les médias sociaux.

En parallèle, elle fracasse avec son style les titres putes clics, les placement de produit, celles et ceux qui suivent les influenceurs pensant les connaitre, où encore tout ceux qui pense changer le monde avec un Tweet, et toutes celles et tout ceux qui pensent que les idées doivent impérativement être publié sur Youtube.

Derrière ce succès digital se cache le producteur Titanic Sinclair. L’homme originaire du Michigan a soi-disant rencontré la jeune femme née à Nashville à une fêté à Hollywood en 2012. « Je n’ai jamais rencontré quelqu’un qui soit aussi créatif qu’elle », raconte-t-il au magazine Business Insider. « Elle a la même façon de travailler que la mienne et nos cerveaux fonctionnent de façon identique. Le fait de travailler ensemble était tout simplement logique, » poursuit-il.

Donc si on vous résume l’affaire, Poppy est un personnage interprété par la chanteuse Moriah Poppy originaire de Nashville, créé avec (ou plutôt par) le réalisateur Titanic Sinclair, clippeurs conceptuels.

Poppy présente d’ailleurs Titanic Sinclair comme son frère et que ce dernier écrit son prochain livre à travers elle. Cela nous rappelle un peu la relation entre le journaliste conceptuel Steve Oklyn et l’artiste Mark Even enfermé pour cybercriminalité aux États-Unis. Une manière pour nous de vous donner une ébauche de réponse au projet final que cache Poppy et son créateur Titanic Sinclair…

Galerie
Publié le 18/06/2018