Clip

Kevin Scheepers & Jérémy Bulté : clippeurs post-internet

+1+2+3+4+5

En regardant ce clip pour la première fois, on a cru que c’était une commande pour le rappeur Nekfeu. Mais en fait non. Pas du tout. Kevin Scheepers & Jérémy Bulté ont réalisé cette vidéo pour CLEPS, un rappeur spirituel comme il se définit lui-même. Le résultat visuel nous a semblé extra-pertinent, alors nous avons voulu poser quelques questions à ces deux jeunes réalisateurs qui ont plus d’une (bonne) idée derrière la tête…

Comment est né le concept de réaliser ce clip ? D’où est venu l’idée de récupérer l’esthétique post-internet pour cette vidéo ?
La culture du vide nous a toujours fascinés. Lorsque l’on nous a proposé de clipper ce titre, nous avons de suite planché sur une recherche esthétique nous permettant d’explorer cette thématique. Très vite nous avions des images en tête, des tableaux sociaux avec une composition très stricte, que l’on a voulu « salir » par la superposition de vidéos Youtube. A travers cette démarche nous voulions prendre la température de notre époque, aboutir à un résultat à la fois cynique et perturbant. Ça nous paraissait important de ne pas sacrifier l’aspect comique de nos idées. Après tout nous vivons dans une époque tellement gangrenée, tellement foisonnante et extrême, qu’elle en deviendrait presque drôle.
Nous avons réinvesti les codes de la culture post-internet de façon tout à fait naturelle. Difficile d’appréhender les limites de notre époque sans plonger, la tête la première, dans l’esthétique de Snapchat, d’Instagram ou autres. Aujourd’hui, tout ce que nous sommes a son reflet Internet.
Nous avons parcourus le « Deep Youtube » pendant des heures pour récupérer nos images, avoir un large panel de ce que l’on peut trouver sur ce genre de plateforme. De pouvoir dire à ceux qui regardent notre clip : « tout ça c’est le réel, on baigne tous dans cette imagerie là, tous les jours, on la consomme à outrance, et aujourd’hui, victime de cette surabondance, on le vomi. »

Pourquoi avoir choisi de le co-réaliser ?
Nous nous sommes rencontrés à l’Université puis nous avons eu l’occasion de travailler ensemble de nombreuses fois ces dernières années. Nous avons réalisé ensemble des clips, des pubs, des créas…nous nous connaissons bien et nous avons su trouver un bon équilibre.
Jérémy à toujours été un grand cinéphile et un passionné de philo. Il a des approches esthétiques bien précises. Par exemple, il adore les couleurs saturées, les univers sexués et le cut-up. Il se retrouve, entre autres, dans le cinéma d’Harmony Korine ou de Larry Clark.
Kévin est passionné par les memes internet et la « dank culture » en général qui l’apprécie retrouver dans des œuvres telles que « Trailer Park Boys ». Il est fasciné par tout ce qui mêle stupidité et superficialité.
Ici, c’était l’occasion pour nous d’aborder la culture internet, qui nous fascine tous les deux, et l’univers de CLEPS s’y prêtait parfaitement. C’est un millenial, contrairement à nous qui avons connu l’émergence d’internet, lui a toujours baigné dedans et ça se ressent dans ses textes. Pour preuve, on peu entendre dans l’un de ses refrains : « les anges sont des émojis ». On trouve ça très évocateur.

Quels sont vos prochains projets ?
Des trucs cools. On est chauds ! Contactez-nous !

Bio de CLEPS :
Il se définit lui même comme un rappeur spirituel. Pour cleps, chaque morceau à une couleur, chaque sonorité une teinte bien particulière. Entre couplets incisifs et refrains chantants son univers est parsemé d'influences aussi diverses et variées que la pharmacie de votre vieille tante hypocondriaque.
Une vision poétique du monde qui l'entoure, Cleps c'est le chien qui quitte la meute pour mieux l'observer, celui qui s'élève et prend de la hauteur pour étudier ses congénères et nous conter tout ça en musique. Après déjà deux EPs à son actif il a sorti son premier album "Louis Finn" chez EDN le 9 Juin Dernier.
Galerie
Publié le 19/09/2017