Mode

STAMP OUT LVMH [SIGNED] 99% YOUTH

+1+2+3+4+5

Avant la mode c’était un témoignage, une expérience, un laboratoire multidisciplinaire, et c’était la preuve qu’il était possible d’arriver à quelque chose en mélangeant les genres. Mais ça, c’était bien avant l’existence de LVMH commandée par Bernard Arnault. Lui qui aux dernières nouvelles fait partie des 62 personnes les plus riches au monde possédant autant que les 3,5 milliards les plus pauvres. Oui parce qu’il a aidé à ce que le patrimoine cumulé des 1 % les plus riches du monde dépasse l’an dernier celui des 99 % restants. Notre collectif 99% YOUTH a donc naturellement créé une réponse visuelle et vestimentaire qui risque, à son grand malheur, de se voir bientôt dans toutes les rues de Paris. Notre façon à nous d’oublier le passé des 25 dernières années qui a produit un holocauste culturel mondial.

STAMP-OUT-LVMH_99%YOUTH

En plus d’imposer de façon quasi-militaire leur vision fasciste de la fashion, Arnault père & fils contribuent largement au réchauffement culturel en constante évolution en occident depuis la naissance de MTV.
Nous sommes dans une ère de rupture qui prend la forme d’une décadence culturelle, à la fois politique, morale et écologique.
Forcement, nous commençons à être émotionnellement épuisés par l’appauvrissement et la destruction de la civilisation occidentale.
En exemple, la dernière campagne de Louis Vuitton qui prouve l’immense vacuité d’une industrie en manque de vanité. Un algorithme mathématique de plus. Louis Vuitton + Juergen Teller + Bruce Weber = SERIES 4.

louis-vuitton--Louis_Vuitton_Series4_Campaign2_1_DI3

Toutes les personnes impliquées dans ce projet croient que cela est un grand récit culturel créé par les grands talents artistiques de notre époque.
Tout ce que nous voyons est commercial. Ils représentent tous le commerce et n’ont pas d’âme. La totalité des personnes et sociétés impliquées ici sont organisées comme un virus. Ce virus agit comme une propagande culturelle. L’attribut dominant de cette infection culturelle est un état délirant de l’importance de soi. Il est le code de contrôle culturel de cette époque. Le résultat de 50 ans d’infection culturelle.
Le réchauffement climatique mondial et le réchauffement culturel se développent sur des trajectoires parallèles depuis des décennies de catastrophes. Les catastrophes naturelles dans le cas du réchauffement climatique et les catastrophes intellectuelles dans le cas du réchauffement culturel. Cette désintégration de notre culture, de notre histoire est rarement signalée.
Nous lançons donc un avertissement aux lecteurs de cette publication :

Soyez conscients que chaque jour il existe de plus en plus de signes de la mort imminente de notre espèce humaine, à la fois par le réchauffement climatique de la planète, mais aussi, et avec une rapidité égale, par la mort de notre conscience culturelle commune.

STAMP-OUT-LVMH_99%YOUTH

Les créateurs, les top models, les blogueurs, les muses, les journalistes et les photographes sont relégués au rang de second rôle ou figurants. La plupart des gens assistant à ces spectacles sont de simples décors. Les propriétaires du monde de la mode et leurs exécutants de plus en plus nombreux jouent, comme dans tout bon soap opera, un rôle qui fut vital mais qui vieillit aujourd’hui.
Le jeu saisonnier pour décider quel créateur dessine quelle collection devient une distraction qui s’affaiblit. Le premier rang a remplacé le podium comme lieu où l’action se déroule. La visibilité a remplacé la créativité. Le système actuel les a transformé en codeurs. Invisibles pour la plupart, sans intérêt pour la majorité.
L’alchimie culturelle de Marcel Duchamp a été écrasée par la sorcellerie de Mickey Mouse.
Depuis le lieu le plus joyeux du monde de Disney à la chanson de Pharrell William, Happy, nous sommes tous témoins du glissement drastique d’une culture cherchant à créer une connaissance plus profonde du monde, vers un monde programmé pour l’auto-satisfaction. Un monde qui ne propose plus qu’un seul choix : celui de décider ce en quoi nous croyons. Et ce choix s’exprime et se définit par un simple mot : Like. Aucune autre opinion ne sera tolérée.
Nous ne voyons absolument pas ces liens comme une conspiration. Il est normal pour les puissants de s’aligner les uns sur les autres.
Il s’agit juste d’événements qui annonce ce que pressentait le penseur Guy Debord. Debord qui a décrit avec brio tout cela dans sa Société du spectacle. « Ce moment historique où les marchandises finissent de coloniser la vie social », c’est sa définition du spectacle.
Une société où « tout ce qui a vécu n’est devenu que représentation. » Où Debord établit que nous faisons l’expérience « du glissement de l’être à l’avoir, et de l’avoir au paraître. »
Galerie
Publié le 22/02/2016