Cinéma

L’insoutenable facilité de la lâcheté

+1+2+3+4+5

Le festival du film Nikon permet de découvrir quelques pépites. Celle qui a déjà tout gagné avant même le palmarès, c’est le film de Fabien Motte et Isabelle Quintard. Une histoire de viol où l’on ne voit pas le viol, pas le violeur, ni la victime. Simplement, les plus nombreux, ceux qui ne font rien, selon la vieille théorie sociologique de la responsabilité partagée. Il y avait l’ombre fugace dans l’insoutenable scène d’Irréversible de Gaspar Noé, il y aura désormais Je suis à l’heure.
Et toujours cette question : et moi, qu’aurais-je fait ?

Sans titre

Sans titre2

Sans titre3

Sans titre4

Nikon Film Festival – JE SUIS À L’HEURE

Galerie
Publié le 28/10/2014