Cinéma

Le premier porno d’Orson Welles

+1+2+3+4+5

Chaque artiste cache une partie de sa vie. Pour la légende au moins. Orson Welles a eu aussi ses secrets. Mais disons qu’aujourd’hui il y a prescription. Effectivement, il y a quarante ans, le réalisateur a offert ses talents au montage d’une séquence du film porno [3 A.M.: The Time of Sexuality] réalisé par Gary Graver sous le pseudo de Robert McCallum. Qui n’était rien d’autre que le chef opérateur mythique d’Orson Welles, qui devait pour combler les fins de mois difficiles tourner des films pas vraiment catholiques. Et puis comme Orson Welles avait lui aussi d’immenses problèmes budgétaires il devait parfois partager ses équipes de production avec celles issues des tournages pornographiques.
Cela paraît aujourd’hui totalement improbable. C’est un peu comme si Michel Houellebecq devenait mannequin cabine pour Dior ou que Jean-Luc Godard offrait ses services à la plateforme Youporn.
On doit malgré tout cette perle du web au site Vulture qui a su mettre la main sur la bobine d’époque. Un conseil, un seul, écartez les enfants de vos écrans…

“Il y a trois choses, dans la vie, que je ne supporte pas : le café brûlant, le champagne tiède et les femmes froides.” “La carrière d'une star commence quand elle ne peut pas entrer dans son soutien-gorge et finit quand elle ne peut plus entrer dans sa jupe.”

Orson Welles.
Galerie
Publié le 12/06/2015