Cinéma

Hong Sangsoo : le Woody Allen Coréen

+1+2+3+4+5

Hong Sang-soo est le réalisateur et scénariste sud-coréen dont le nom est en train d’envahir l’occident. Présenté par beaucoup de cinéphiles comme « le Woody Allen Coréen », Hong Sang-soo s’efforce depuis 20 ans de raconter des histoires d’amour malheureuses qui mettent souvent en scène le milieu du cinéma. Il a toujours préféré filmer un milieu qu’il connaît comme Woody Allen, mais à la différence de ce dernier, Hong Sang-soo rajoute lui toujours l’ivresse dans ses films, comme un échappatoire au réel. Et aussi sans doute parce qu’il a simplement un goût immodéré pour l’alcool…
Influencé par énormément d’artistes français comme Paul Cézanne, André Gide, Robert Bresson ou encore Éric Rohmer, Hong Sang-soo a l’œil coréen mais le cœur français. Un mélange étrange qui explique que certains comédiens acceptent de ne pas être payés pour travailler avec lui. De la même façon qu’il se permet d’écrire ses dialogues en fonction de la personnalité des acteurs, même si il travaille généralement sans scénario bien établi. Et il tient à cette marque de fabrique devenu extrêmement rare. Aujourd’hui encore les techniciens et les acteurs ne connaissent pas l’issue du film qu’ils sont en train de tourner ce qui les force à une concentration extrême sur le tournage ; ce qui permet de donner aux films une intensité totale. Démonstration ici en images…

Filmographie à découvrir :

1996 : Le Jour où le cochon est tombé dans le puits (돼지가 우물에 빠진 날)
1998 : Le Pouvoir de la province de Kangwon (강원도의 힘)
2000 : La Vierge mise à nu par ses prétendants (오! 수정)
2003 : Turning Gate (생활의 발견)
2003 : La femme est l’avenir de l’homme (여자는 남자의 미래다)
2005 : Conte de cinéma (극장전)
2007 : Woman on the Beach (해변의 여인)
2008 : Night and Day (밤과 낮)
2009 : Les femmes de mes amis (잘 알지도 못하면서)
2010 : Hahaha (하하하)
2010 : Oki’s Movie (옥희의 영화)
2011 : Matins calmes à Séoul (북촌방향, The Day He Arrives)
2012 : In another country (다른 나라에서)
2013 : Haewon et les hommes (누구의 딸도 아닌 해원)
2013 : Sunhi (우리 선희)
2014 : Hill of Freedom (자유의 언덕)

« Un film est bon pour moi s'il m'apporte de nouvelles sensations et s'il modifie ma manière de penser. C'est pourquoi la forme est si importante. Nous partageons tous les mêmes matériaux. Mais la forme qu'on utilise mène à des sensations différentes ou à de nouveaux questionnements, de nouveaux désirs. Je ne crois donc pas pouvoir me définir comme formaliste ou réaliste. (…) La seule chose dont je sois conscient sont mes désirs. »
Hong Sang-soo
Galerie
Publié le 03/05/2015