Art

Comment tout essayer et tout réussir ?

+1+2+3+4+5

Danny Sangra est d’abord graphiste. Ensuite, ses facettes sont infinies. Mais graphiste d’abord. Jusque dans ses clips, le graphiste crie toujours au tableau, à l’image, à l’équilibre des couleurs, à l’identité visuelle.
En vagabondant dans sa filmographie, on redouterait presque une violente schizophrénie tant la diversité des styles est omniprésente. Mais, à chaque fois, et c’est là le talent de Danny Sangra, on est happé par la densité et la cohérence des propos.

Danny Sangra pousse son polymorphisme au point de changer ses fondations de film en film. Parfois, c’est la narration qui prévaut, parfois l’esthétique. Parfois les mots, parfois les images.
En fait, Danny Sangra donne l’impression d’expérimenter continuellement. Sauf que l’expérience sous-entend l’échec. Mais là, nous sommes dans l’univers de la réussite.

Quand Danny Sangra revient au graphisme, il garde sa ligne de conduite : expérimenter, essayer, tenter, tâter, éprouver, risquer, chercher, examiner, fouiller…

Danny Sangra aime aussi se servir d’un appareil photo. Ses clichés présentent alors tous une forme de distorsion de la réalité. La photo, certainement trop fidèle à la réalité, doit être travestie et molestée pour rendre compte de la vérité de l’artiste. A moins, que pour Sangra, ce ne soit pas la pellicule qu’il faille violenter, mais le sujet.

Galerie
Publié le 12/08/2012