Animation

Cannes 2012 # Sergeu Loznitsa

+1+2+3+4+5

Il était déjà venu à Cannes en 2010 pour son documentaire My Joy (ci-dessus), portrait noir de l’Ukraine. L’Ukraine, c’est son pays. Bien que né en Biélorussie en 1964, il a grandit à Kiev. C’est là qu’il débute une carrière qui ressemble à tout sauf à du cinéma. Mathématiques appliquées et systèmes de contrôles, diplômé en ingénierie et en mathématiques. Il devient scientifique à l’Institut de Cybernétique à l’âge de 23 ans. Un an plus tard, il réalise soudain qu’il faut « faire quelque chose d’important de sa vie« . Ce sera le cinéma. Un peu par hasard. Beaucoup par destin.
Sergei Loznitsa est en compétition officielle pour Dans la brume.

Sergei Losnitsa est un réalisateur réaliste. A la croisée des chemins de la fiction et du documentaire. Il y a quelques années, il décide tout de même de quitter l’Ukraine pour mieux en parler. Il s’installe en Allemagne. « Je pense qu’il est nécessaire pour un cinéaste, ou tout artiste, d’établir une distance avec le sujet dont il traite. C’est ce que Victor Chklovski appelle « ostranenie » qui inspira à Brecht le concept de « distanciation ». C’est une étape nécessaire pour contrôler sa matière, sinon l’émotion prend le dessus et les puissances de la raison et de la création sont mises en péril. Il faut toujours faire un pas de côté, ce qui suppose une certaine duplicité ou une fracture de la personnalité. En physique quantique, c’est que l’on appelle le principe de superposition. »

Sergei Loznitsa est ce qu’on pourrait appeler un auteur camusien. Son questionnement tourne autour de la difficulté d’adopter une conduite honnête dans une situation sans morale. Ou comme le disait l’auteur de l’Étranger : « peut-on être un saint sans Dieu ? »
Un réalisateur existentialiste et social, bien ancré dans sa réalité, voilà exactement tout ce qu’aime Cannes. Alors une chance de Palme ?

Galerie
Publié le 21/05/2012