Cinéma

Aoife McArdle réalise un parfait petit bijou de film sentimental

+1+2+3+4+5

Aoife McArdle réalise un court-métrage brutal pour U2 tourné en Irlande du Nord et suivant avec beaucoup de finesse un adolescent catholique et un adolescent protestant qui tombent amoureux dans un climat politique ultra-violent.
La réalisatrice a voulu faire un film sur ce qu’était justement l’adolescence dans les années 80 en Irlande du Nord. Son film est donc basé sur une histoire vraie, pas si éloignée de sa propre vie…
Concernant maintenant l’esthétique, Aoife McArdle s’est inspiré ici de Max Ernst et particulièrement de la façon dont il utilisait la couleur jaune. Et puis il y a aussi dans l’univers de Aoife McArdle des influences d’Edward Hopper, de Francis Bacon, de George Shaw et d’Alan Clarke. Bref, avec tous ces génies greffés à son ADN, il est normal que son film soit remarquable (comme toujours d’ailleurs) et nous attendons déjà le prochain avec impatience.

"Je voulais faire un film sur ce que c’était qu’être adolescent au début des années 1980, en Irlande du Nord. Toutes sortes de pression pèsent, celle de l’amitié, de tomber amoureux pour la première fois, et tout cela dans le contexte de violents troubles. On ne pouvait échapper à la violence sur le pas de sa porte. Je me souviens parfaitement de ce que c’était que de grandir au milieu des bombes avec l’armée partout. J'ai largement puisé dans mes souvenirs." "Je n’avais jamais rien vu d’Aoife avant, mais j’ai vraiment été saisi par ce film. Elle a tellement bien capturé l’essence et l’importance d’être un adolescent et également du premier amour. C’est un parfait petit bijou de film sentimental."
Galerie
Publié le 20/02/2015