Books

2084. La fin du monde, par Boualem Sansal

+1+2+3+4+5

Pourquoi lui ?
Parce qu’on pense qu’il sera le prochain prix Gongourt. Boualem est un espion du futur. Et voici d’où il revient…
L’Abistan, immense empire, tire son nom du prophète Abi, «délégué» de Yölah sur terre. Son système est fondé sur l’amnésie et la soumission au dieu unique. Toute pensée personnelle est bannie, un système de surveillance omniprésent permet de connaître les idées et les actes déviants. Officiellement, le peuple unanime vit dans le bonheur de la foi sans questions.
Le personnage central, Ati, met en doute les certitudes imposées. Il se lance dans une enquête sur l’existence d’un peuple de renégats, qui vit dans des ghettos, sans le recours de la religion…
Boualem Sansal s’est imposé comme une des voix majeures de la littérature contemporaine. Au fil d’un récit débridé, plein d’innocence goguenarde, d’inventions cocasses ou inquiétantes, il s’inscrit dans la filiation d’Orwell pour brocarder les dérives et l’hypocrisie du radicalisme religieux qui menace les démocraties.

Où le lire ?
Au fond d’un Bunker dans une montagne Suisse.

Incipit.
Ati avait perdu le sommeil.

Le passage à retenir par cœur ?
Si d’aucuns avaient pensé qu’avec le temps et le mûrissement des civilisations les langues s’allongeraient, gagneraient en signification et en syllabes, voilà tout le contraire : elles avaient raccourci, rapetissé, s’étaient réduites à des collections d’onomatopées et d’exclamations, au demeurant peu fournies, qui sonnaient comme cris et râles primitifs, ce qui ne permettait aucunement de développer des pensées complexes et d’accéder par ce chemin à des univers supérieurs. À la fin des fins régnera le silence et il pèsera lourd, il portera tout le poids des choses disparues depuis le début du monde et celui encore plus lourd des choses qui n’auront pas vu le jour faute de mots sensés pour les nommer.

À qui l’offrir ?
Aux 500 esprits malades que nous avons réussi à lister ici.

2084 la fin du monde

2084. La fin du monde, par Boualem Sansal. Gallimard, 288p., 19,50€.

"Pour des gens qui ne sont jamais sortis de leur peur, l’ailleurs est un abîme."

"Mais voilà, il y a culture et culture, celle qui additionne des connaissances, et celle plus courante qui additionne des carences."
"Être son propre ennemi, c'est la garantie de gagner à tous les coups."

"Avec les loups il faut hurler ou faire semblant de hurler, bêler est la dernière chose à faire."

Galerie
Publié le 25/09/2015