Art

Olaf Breuning détourne gentiment Picasso, Klein, Warhol, Van Gogh et Hirst

+1+2+3+4+5

L’artiste plasticien suisse détourne avec une subversion mignonnette l’univers de Picasso, Klein, Warhol, Van Gogh et Hirst. A travers des photos, des sculptures ou des vidéos, ce professionnel de l’imaginaire attaque les codes visuels de l’époque.
Derrière son esthétique (samplé à la manière d’un DJ), il y a la pub, les clips, les séries B ou encore les films d’horreur.
Selon lui, il fait du divertissement, comme les bonnes séries télévisées. Comme un DJ, il sample et se réapproprie.
Olaf Breuning est un embrouilleur de frontières, il sait mixer la culture populaire et la culture élitiste. C’est pour ça que les collectionneurs commencent à sortir leur premier carnet de chèque…

Je fais un art qui parle de la vie d’aujourd’hui. J’aime qu’il soit facile à comprendre. Pourquoi aurait-il besoin d’être cryptique, repoussoir et compliqué ? Même les enfants peuvent regarder.

«Je suis un idiot. Je dois être bête car je travaille comme un âne et, en quinze ans de travail professionnel, je n’ai pas un dollar sur mon compte. Je ne suis pas calculateur. Je pense qu’au fond, je ne suis pas très futé.» «Je travaille seul, je n’ai pas d’assistant. En me retirant à la campagne, je me suis rendu compte de la folie de mon art.»
Galerie
Publié le 01/08/2016