Art

« Barbie Blad », à la frontière de la surréalité

+1+2+3+4+5

Hamid Blad est d’abord, un photographe « autodidacte ». Il a débuté son parcours artistique par la photographie argentique. Le grain et les procédés anciens ou alternatifs l’ont tout de suite fasciné.
Ses travaux personnels sont essentiellement de la rencontre de l’image contemporaine avec des procédés hors du temps. Le décalage est une part essentiel de sa vision.
Depuis une dizaine d’années, il ne pratique que de la « slow photo » mais à une très grande vitesse.Ce qui ne veut pas dire que le photographe reste inactif à la prise de vue.
Mais la série qui nous a tapé dans l’oeil est Barbie Blad. Des Barbies, véritables représentantes de la beauté. Qui ne sont que de splendides visages de mannequins en plastique. Comme l’artiste l’explique : « Elles sont artificielles brillantes et lisses, presque sans chair. Quand je photographie ces poupées, je veux quelles reprennent vie. J’essaye de les humaniser, de leurs donner un vrai visage avec ses imperfections. Le travail est fondé sur un protocole précis, développé sur un mode sériel. Pour obtenir une telle transformation de mes sujets, j’utilise la photographie au Collodion. Le but est d’être à la frontière de la surréalité, par la richesse du détail et du flou de l’optique. » Le résultat est au rdv et il grave la mémoire.

1f8d00ab6d876bf28675d60c4c4edef5

4ca9098d67f28a4b7d8209874f95aa5f

5f3925869ce0bad8ed44a20ae6764eba

14fe7c8a8053d5c4a9414f84820d2bc5

259b1213c0c035dcb39609cbd1716f5c

452e04e940ba1c368f7ac2d0b833f373

6775b82a75d439cba6425048b98219d5

a1cfa30618f4fc3d8c3f2991673db971

a6e8872b1b9d8c0c06dfcf5c315e5d99

a58631eb4072fb66978fb4e6c43f7467

ae2fc94fb26f5bc5121c220468673316

ae68b2c32e751a8b1095737312e65229

c7e9e47eea1cd360a8fedbeb27249a63

d458187daccd0b06ad5d2fc77e56d2b1

e0c9d2062dbb5722962789de4ba4e48a

e2b50a186aa1aacab9df68bdd13fe99b

ee36666c1950240f93f2f8ad518dbc24

Galerie
Publié le 27/11/2014