Art

Ai Weiwei ou le « sang frais » des réfugiés

+1+2+3+4+5

Ce film réalisé par Martin Garde donne a réfléchir. Il fait un tableau captivant de la première grande exposition d’Ai Weiwei en Grèce . Cette exposition est dédiée à sa vision du monde à travers la crise des réfugiés qui continue à nous faire réfléchir quotidiennement sur la condition humaine.

L’artiste s’exprime viscéralement quand il compare les réfugiés qui apparaissent à l’horizon à du « sang frais » qui coule d’une blessure auto-infligée. Il crie son désespoir quand il réalise que pour certains encore la crise ignore la reconnaissance humaine.

Un montage d’instantanés montrant un doigt aux institutions et aux repères de la « société civilisée » souligne visuellement ce sentiment accusatoire avec puissance.

Le réalisateur Martin Garde Abildgaard capture parfaitement l’aura accessible de Weiwei et son esprit déterminé a assumer ce qui nous entoure. La caméra nous offre des regards soutenus sur les œuvres politiquement inspirées de l’artiste. De caméras de vidéo surveillance en marbre à un dinghy transportant de simples fragments de ceux qui recherchaient la sécurité, il est clair que l’artiste voit un monde en mauvaise santé… cette œuvre communique son profond désaccord avec respect.

J’ai toujours été fasciné par le travail de Ai Weiwei . Il est extrêmement courageux et n’a jamais peur d’aborder des sujets qui peuvent être dangereux pour lui . Son art n’est pas un gadget , il transmet toujours un message profond auquel s’attache souvent une connotation politique. Martin Garde Abildgaard

This sobering film charting Ai Weiwei's first major exhibition in Greece offers an engrossing insight into the Chinese artist's worldview as the refugee crisis continues to make us ponder the state of the human condition.



The artist's language is pointedly visceral as he compares refugees appearing on the horizon with "fresh blood" flowing from a self-inflicted wound, and expresses his despair because the crisis still circumvents human recognition for some.



A montage of snaps showing a middle finger raised at the institutions and landmarks of 'civilized society' underlines this accusatory sentiment with visual potency.



Director Martin Garde Abildgaard captures both Weiwei's approachable aura and his determined spirit in unassuming surroundings, while the camera offers measured glances at the artist's politically-minded work in Athens. From marble CCTV cameras to a dinghy carrying mere fragments of those who sought safety, it's clear the artist sees a world in ill health... and this piece conveys his discord with reverence.
“I have always been fascinated by the work of Ai Weiwei. He is extremely brave and never afraid of putting everything on the line, even though it can be risky for him. His art is never a gimmick but always has a deep, and often very political, message”, says director Martin Garde Abildgaard
Galerie
Publié le 14/09/2016