Ads

Voici le spot publicitaire le plus utile, brutal et radical de l’année

+1+2+3+4+5

Quand la publicité devient d’utilité publique qu’est ce que ça fait du bien. Avec « Silence, on braque un hôpital ! », le film choc d’une ONG contre l’évasion fiscale, tout le monde peut se remettre à espérer que les consciences changent.

Pour info, l’évasion fiscale coûterait entre 60 et 80 milliards d’euros par an à la France (l’équivalent du budget de l’Éducation nationale). Au sein de l’Union européenne, ce chiffre grimperait à 1000 milliards. Il fallait en informer les citoyens, vite et bien.

Et pour mettre en scène cette injustice folle, la vidéo montre un commando masqué, qui braque un hôpital comme une banque. Les perfusions des patients sont arrachées, les masques à oxygène retirés, les couveuses de nouveaux-nés débranchées. Tout est volé, à la vue de tous et dans l’impuissance générale.

Un film qui devrait être diffusé à Bernard Arnault comme à Emmanuel Macron ou à Xavier Niel en même temps qu’à tous les écoliers du pays (et peut-être même aux 500 personnages qui ont selon nous détruit la culture contemporaine et que nous avons listé ici). Simple et efficace dans sa mise en scène il permettra aux plus jeunes de comprendre simplement un sujet complexe. Ainsi que de démontrer que les techniques publicitaires peuvent être utilisées pour créer des messages à l’opposé de la propagande habituelle.

La campagne a été signé par l’agence de création londonienne « Don’t Panic », ironie absolue qu’aucune société de production française n’ai gagné cette « compétition ». De peur peut-être d’apeurer ses clients directement visé par cette vidéo ? Personne ne le saura jamais. Toujours est-il que c’est des anglais qui ont fait le boulot et pas des français.

En même temps, on ne voit pas quelle structure de production, à part peut-être SOLDATS, aurait pu assumer publiquement le message à la fin du film :
« Quand les entreprises ne paient pas leur juste part d’impôt, les pays en développement sont privés de fonds cruciaux pour financer des services vitaux comme les services hospitaliers. On estime à 100 milliards de dollars la somme que perdent chaque année les pays les pauvres à cause de l’évasion fiscale. Et ce sont les personnes les plus pauvres qui en souffrent le plus. Partagez cette vidéo et exigez que votre gouvernement agisse contre l’évasion fiscal :
https://www.oxfamsol.be/fr/exigez-une-fiscalite-plus-transparente
Eradiquons la pauvreté tous ensemble.

A découvrir en parallèle :
1. CESSEZ DE CONSOMMER SANS DISCERNEMENT (CE QUE VOUS ACHETEZ EST VOTRE VOTE)
2. STAMP OUT LVMH [SIGNED] 99% YOUTH
3. BATTLESTATION & APOCALYPSE
4. VACCINE NO. 1 2016 [SIGNED] 99% YOUTH
5. LA SOCIÉTÉ DES INFILTRATIONNISTES : PREMIER MOUVEMENT D’AVANT-GARDE DU XXIE SIÈCLE

Saviez-vous que…

Les 8 hommes les plus riches du monde possèdent autant de richesses que la moitié la plus pauvre de la population de la planète ?
Et pendant ce temps, 700 millions de personnes vivent dans l'extrême pauvreté.

Les inégalités entre pauvres et riches continuent de s'aggraver. Entre autres parce que les grands fortunes et les multinationales ne respectent pas les règles du jeu : elles s'arrangent pour ne pas payer leur juste part d'impôt en utilisant les paradis fiscaux. Elles y cachent leurs capitaux... Et c'est comme ça que des milliards d'euros échappent à l'impôt.
La conséquence :

100 milliards d'euros de recettes fiscales en moins pour les pays en développement.

Mais ce n'est pas une fatalité...

Imaginez ce que vous pourriez faire avec 100 milliards d'euros ! Construire des hôpitaux, payer les médecins mais aussi les enseignants, financer les retraites...

C'est possible ! Les politiciens ont la possibilité d'agir contre les inégalités. En faisant d'autres choix politiques. Et lutter contre l'évasion fiscale, c'est la première étape. Une étape urgente. Si les multinationales payaient leur juste part d'impôt, des fonds considérables pourraient être rassemblés pour lutter contre la pauvreté et les inégalités extrêmes !

Comment ? Avec plus de transparence fiscale, et notamment en introduisant une régulation qui obligerait au rapportage pays par pays (country by country reporting). Comme ça nous pourrions savoir combien de bénéfices exactement font les multinationales, où elles les réalisent, et combien d’impôts elles payent.
Galerie
Publié le 03/11/2017